Mon Grimoire Index du Forum
 
 
 
Mon Grimoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Vieux écrits

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> L'antre des loisirs -> Ecrits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eona
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2012
Messages: 897
Localisation: Sud Ouest
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猪 Cochon
Type de magies pratiquées: Lithothérapie / Rituels / Paganisme / Voyance / En

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 19:40 (2013)    Sujet du message: Vieux écrits Répondre en citant

Dedans il y a... De tout. Des scénarios, poèmes cucu à souhait, très courtes nouvelles... Leur point commun? Des écrits un peu vieux qui aujourd'hui me paraissent terriblement enfantins niveau style d'écriture. Les voici!

A DEUX

Une caresse, un baiser,
Un instant partagé
Un soupir de désir
« Je t'aime à en mourir »

Des cadeaux tous les jours
Des petites attentions
Ils filent le grand amour
Ils sont fous mais pas cons

Car à deux on est heureux
Et ça suffit pour vivre
L'argent en plus, c'est mieux
Mais même sans ça on est libre

On regarde les gens
Vivre sous leur ciel gris
Nous le nôtre il est blanc
On le remplit de notre vie

Certes y a des moments noirs
Où le soleil est parti
Mais le vert de l'espoir
Reprendra bientôt vie

Et la joie dans le cœur
On regardera le quotidien
On l'affrontera sans peur
Car à deux il ne sera rien

Rien d'autre que des jours
Passés en sa compagnie
Différents car l'amour
Se renouvelle chaque nuit.

Des nuits de caresses et de baisers
Ces instants partagés
Dans des soupirs de désir
Murmurent « je t'aime à en mourir »



Cendres


Il y a dans ton regard
Une triste indifférence
Tu ris de mon désespoir,
Tu te moques de ma souffrance ;
Depuis quand tu ne m’aimes plus
Alors que tout est perdu
Moi je respire encore…

Je survis en pleurant
Sur ta passion d’antan
Alors que maintenant
Il ne reste que du vent ;

Ton amour s’est fané
Tes yeux se sont lassés
Aucun sourire n’apparaît
Quand surviennent nos baisers…

Où est donc la passion
Qui animait nos corps
Quand il n’y a plus de frisson
Il ne reste que la mort !

Oui tu es loin de moi
Il fait maintenant si froid
Depuis que j’ai perdu tes bras
Rien n’est bien ici-bas…

Il n’y avait que toi Tu illuminais ma vie
Mais tu n’es plus là
Désormais tout est fini ;

Le quotidien meurtrier
A étouffé ta flamme
Adieu nos doux baisers
Il ne reste qu’une larme…


Danse


Une falaise, déchiquetée par des rochers pointus sur lesquels des vagues meurtrières s'écrasent. Violence indomptable des éléments face auquels l'homme n'est rien. Et pourtant une silhouette solitaire se dresse face au gouffre. Une femme, les bras tendus face au vent, ses longues manches volant derière elle. La femme sourit, les yeux fermés. La fosse béante n'existe pas. Plénitude.

La femme commence à bouger doucement les bras. Grâce. Son corps ondule sous l'effet d'une douce brise qui semble la parcourir. Alors sans s'occuper des forces déchaînées, la femme se met à danser. Souplesse. Ses mouvements sont faits d'eau liquide. Elle n'est que Sérénitude et beauté du Geste. La danse est hypnotique et la plonge dans une transe sereine. Tout d'un coup, ses bras s'animent violemment et son corps est secoué de tressautements. Pourtant la Grâce est toujours là. La femme ouvre les yeux. Nuit. Seule la lumière blafarde de la lune lui permet d'observer les alentours. La lune... Solitaire, comme elle. Sans personne à qui offrir tout l'Amour qu'elle porte dans son coeur. La Lune la regarde. Elle a comprit. Elle L'a attendu. Celle qui la comprendrait. L'une et l'autre n'ont pu aimer. Telles deux soeurs, elles dansent ensemble. L'Harmonie est atteinte.



Dissonance.

Une note discordante résonne dans l’air chargé de silence l’instant précédent. L’harmonie se désagrège lentement. Le temps est suspendu. Le son continue de s’étirer, inéluctable. Il gronde doucement. Il pourrait s’arrêter là et disparaître dans le vide, comme un rêve effrayant encore non réalisé mais l’horreur commence à peine. Ce n’est encore que le prélude au cauchemar qui va suivre. Le tonnerre apparaît, ténu. Un carnage se profile mais il est encore lointain, invisible. L’attente devient insupportable. La peur est presque palpable désormais. La lumière de l’espérance s’éloigne de plus en plus à mesure que les ténèbres obscurcissent le champ de vision. Et toujours ce grondement qui ne s’arrête plus… La musique entame un crescendo funeste. La note se fait encore plus dissonante, encore plus torturée. Supplique. « Pitié s’il faut en finir alors faites le rapidement !». Paroles désespérées. Paroles très vites amèrement regrettées. Le cri se fait encore plus strident. Puis, alors que l’horreur semble ne plus avoir de fin elle se termine d’un coup sec et brutal. Accord violent, piège qui se referme. Blessure vive et mortelle. Puis le silence, terriblement assourdissant. Messager des violences à venir. Un dernier présage enfin. Un bruit de casse vient rompre le silence. Une fêlure apparaît sur une touche du piano. Le destin est en marche et son but est des plus funestes.
Enfin, il arrive. Presque comme un soulagement, l’attente s’efface. Erreur terrible. La sentence tombe comme un couperet. Le point d’orgue de la souffrance est atteint. Un cri unique contenant toute la douleur du monde. Et le chaos se déchaîne. Il balaie tout sur son passage, emportant les certitudes et les espoirs comme des fétus de paille. Les repères s’effondrent les uns après les autres, tels des pions dans un jeu d’échec. La douleur appelle les ténèbres. Les derniers restes de raison se brisent, engloutis par l’obscurité qui recouvre bientôt tout. La mort est là. L’instrument se brise.
Dissonance.

Un autel. Une chaleur étouffante. Une victime. La Muse se tient là, enchaînée à la pierre froide et mortelle. On lui a déjà tout volé. Brisée, vaincue, rien ne peut plus lui arriver de pire. La mort, elle l’accueillera avec soulagement. Il ne lui reste rien. L’harmonie a disparu. Soudain une berceuse s’élève dans les airs. Requiem. La Muse tente de se raccrocher à ce chant, vestige de son bonheur passé. Mais la douce mélodie devient horreur. Le chuchotement devient cri strident et ténébreux. Terrorisée, elle se recroqueville sur elle-même, tentant d’échapper au chef d’œuvre de ténèbres qu’elle entend. La musique se tord, hurle, gémit, supplie et se noie pendant que la jeune fille essaie de disparaître, couchée sur son lit de mort. Elle voudrait tout oublier. Regrets. Larmes. Elle a voulu toucher les étoiles et apprivoiser cet art. La voilà attachée et traînée plus bas que terre, pendant que son rêve agonise sous ses yeux, se disloquant. L’espoir a disparu et tandis que sa vue se brouille, elle sent peu à peu les notes familières quitter son être. Incompréhension. Sa raison la quitte. Mais la cruelle fatalité n’en a pas fini. Le repos n’est pas pour tout de suite. La souffrance atteint son paroxysme et le cri devient omniprésent, tout puissant. Puis il s’éteint, laissant un étonnant goût de solitude. Le son a disparu. La Muse est seule, seule avec le silence étouffant. Peut-on encore sombrer lorsqu’on touche déjà le fond ?
La réponse est oui. Un autre autel. Une autre pierre de mort. Elle la remarque enfin. Et dessus, un instrument. Le cœur de la Muse se disloque devant l’objet de tous ses désirs et ses douleurs. Pourquoi lui infliger ça ? Elle se débat et ses liens lui déchirent les poignets, écho à sa souffrance mentale. Elle s’effondre. Renoncement. C’est pourquoi elle ne voit pas la fine flammèche qui grandit derrière elle. Enfin la chaleur lui fait lever la tête. La salle est noyée dans le chaos. Son dernier paysage s’embrase. Alors que les flammes commencent à lécher la pierre, la Muse jette un dernier regard vers l’instrument et meurs en même temps que le piano, avalés par le feu.
Sacrifice.



Idéal et Déchéance


Une salle, vide. Juste un piédestal ancré en plein milieu. Lumière. Il brille. Quelque chose est posé dessus. Indéfinissable. Il n’est que Néant. Et Danger. Peu veulent l’approcher. Et parmi eux, seuls quelques rares élus l’atteindront. Il n’empêche. Cela ne coûte rien d’essayer se dit l’homme, il a toute la vie pour. Première erreur. L’objet et la vie sont intimement liés. L’un ne peut vivre sans l’autre. L’un cause la ruine de l’autre. Mais l’homme est têtu. Aveuglement. Il avance centimètre par centimètre vers sa Fin. Il parvient finalement à apercevoir l’objet : c’est un Livre. Des larmes lui montent aux yeux en même temps que son visage se fend d’un immense sourire. Il L’a trouvé. Sa raison d’être. Son But. L’homme, revigoré, gagne encore du terrain. Il ne voit pas la mort lui faire un clin d’œil. Non, tout a disparu pour lui. Seul reste l’objet tant désiré, la chose la plus merveilleuse au monde. Il le voit à présent presque distinctement. Impossible cependant de discerner le titre. Mirage. Le livre lui souffle des promesses. Lui chuchote ses rêves devenant réalité. Pourtant, il a de plus en plus de mal à avancer. Est-ce dû à son grand âge. Mais il s’accroche à la dernière lueur de bonheur qui lui reste. Enfin, il tend la main vers son désir le plus cher.
Idéal.

Le livre est enfin entre ses mains. Enfin l’homme va pouvoir le posséder et le comprendre. Mais pourtant, alors qu’il s’apprête à découvrir son sens véritable, les lettres commencent doucement à s’effacer, les unes après les autres. L’objet est devenu vierge. Destruction. Il tombe en poussière. L’homme regarde la fine poudre blanche entre ses mains, hébété. Incompréhension. Que fait-il là ? Pourquoi y a-t-il passé sa vie ? Où sont les amis, les amours et la famille qu’il a abandonnés il y a longtemps, à la recherche de ce qu’il possède désormais entre les mains ? Leurre. Cette quête n’était donc que Vent ? Il a tout sacrifié pour… Non… Il ne peut se le permettre… Larmes. Il s’effondre. L’Idéal n’était qu’un Leurre. En croyant l’approcher il l’a fui. Que lui reste-t-il désormais ? Souffrance. Puis Folie. Il n’a plus aucune raison de vivre ou d’espérer. Abandon. Tout se mélange en lui. Pauvre coquille vide ! Chimère. Vengeance. Haine. Douleur. Tout s’entrechoque. Il perd soudainement la raison. Mort. Oui il faut mourir. Pour Oublier. La recherche de son bonheur l’a tué. Sa vie est un échec. L’homme ferme les yeux. Délivrance. Il expire.
Déchéance.




La Musique.


Quel âge avais-je quand elle m’est apparue?
J’étais si jeune que je ne m’en souviens plus
Sur la pointe des pieds elle est arrivée
Sous la forme d’une berceuse pour bébé.

Accompagnant chaque étape de notre vie
Dans notre coeur, elle fait son nid
Nous faisant tour à tour rire ou pleurer
Dans les peines, les joies ou les regrets.

Tant de grands noms l’ont apprivoisée
Mélangeant notes, rythmes et clés
Lui donnant des harmonies nouvelles
Grâce au piano, à la flûte, au violoncelle.

Mille façons de l’exprimer
Encore plus de la ressentir
Elle fait s’émouvoir et rêver
Elle fait apprendre et grandir.

Elle est parfois polémique,
Servant à critiquer la politique
Mais elle est également propagande,
Glorifiant les dictatures les plus grandes.

Malgré les nombreuses définitions
Les mots, n’arrivant pas à définir cet art,
N’ont pas compris que c’était l’émotion
Qui lui avait donné toute sa gloire.

Ses ambassadeurs d’aujourd’hui
Ne sont pas ces créateurs de bruits
Mais bien les poètes incompris
Qui lui ont voué leur vie.

Wagner et les autres l’avait deviné
La musique est un langage
Que les mots ne peuvent exprimer
Elle est la passion traversant les âges.




Le soleil et la chandelle


Complots discrètement murmurés à l’oreille
Dans une nuit étoilée à nulle autre pareille ;
Crimes ourdis seulement vus au réveil
Point de justice, c’est le mal qui veille.

Mais dès qu’arrive la lumière naturelle,
C’est la vie qui arrive et s’en mêle
Le mal alors aussitôt se fait la belle
Dans la sordide ombre des ruelles.

L’une est la reine des vices :
Prônant l’ombre et les supplices,
Brisant le glaive à la justice,
Elle se noie dans la mort avec délice.

L’autre est le prince des qualités 
Il n’est qu’innocence et volupté,
Amour qu’on ne peut briser,
Et le visage de l’égalité.

La chandelle et le soleil,
Deux lumières opposées
Les deux faces détestées
De l’être humain et ses pareils.




Poison


La poupée a la peau très blanche. Des yeux innocents grands ouverts sur le monde. Son sourire est d’une telle innocence… Oui cette poupée est une enfant. Aussi pure et blanche qu’un ange. L’innocence incarnée. Aussi crédule qu’un nouveau-né. Elle ne sait rien des horreurs du genre humain. Le regard étranger se pose sur elle, attendri. Cet objet est l’Amour c’est sûr. Ils ne savent pas à quel point ils ont raison.
Les hommes ne veulent pas voir. Ignorance assumée. Elle est Amour. Elle est Pureté. Ils n’ont rien remarqué. Dans sa main droite, si blanche et innocente, elle tient un objet. Faille. Un éclat dans la perfection. Un éclat d’acier. Poignard. Déjà utilisé. Une goutte de sang à la pointe. Du sang ? Ou autre chose ?... La même substance au bout des doigts. L’horreur a commencé mais personne ne s’en rend compte. L’Amour est sur le point d’être révélé.

La souillure remonte sur toute la main. La main si blanche est devenue rouge. Ou violette. La poupée sourit. IL arrive. Elle a envie de crier aux hommes les ténèbres et la noirceur mais sa bouche est close. Le bras entier s’est transformé. Mi ange mi démon qui est-elle ? Pourquoi s’arrêter à la surface des choses ? Ils ont voulu la cerner trop vite. Erreur mortelle. Le piège se referme. La poupée est devenue bleue nuit. La perfection a disparu. Remplacée par le Mal. Le Danger. La Mort. Libérée de ses entraves, la poupée éclate de rire. Démoniaque. La noirceur suinte à présent de tout son corps. Elle qui n’était au début qu’une goutte. Les hommes crient. Terreur infinie. Il est trop tard. Ils ont voulu l’Amour, le voilà sous sa forme la plus absolue. Ses chaînes sont tombées et il peut désormais déchaîner sa violence sur le monde entier. Les hommes se recroquevillent devant sa puissance. Et tandis que certains luttent d’autres s’offrent. La ténébreuse passion les dévore tout entier et leurs cris de jouissance s’élèvent jusqu’aux étoiles. La poupée rit toujours. Elle sent sa faible enveloppe faiblir. L’Amour ne peut être contenu indéfiniment. Sauvagerie. Le poignard est toujours dans sa main. D’un geste vif elle se le plante dans la poitrine et après quelques coups précis met son cœur à découvert. Noir et Blanc. Tendresse et Passion. Boursouflé et Lisse. Ce cœur est partagé, déchiré en deux. La poupée le regarde, satisfaite. Oui elle est Amour.

Le chef d’œuvre se termine. Les hommes sont prostrés, à bout de souffle. Ils n’arrivent pas à croire à ce qu’ils voient. Leur ignorance. Leur folie. Elle leur apparaît soudain clairement. Ils L’ont découvert. L’Absolu. L’Horreur. Le Plaisir. Mais ce n’est pas fini. La Mort arrive. Affamée. La poupée prend feu, l’acide suintant de tout son corps. Le brasier vorace l’engloutit. Elle s’abandonne. La Passion la consume. Bientôt les hommes se noient dans les flammes à leur tour. Leur corps devenu violet.
Poison.


Nouvelle sans nom


Elle se trouvait devant un croisement. Les hommes sont décidément bien étranges. Pourquoi donc créer plusieurs routes quand il n’y a qu’un seul chemin possible qui s’offre à nous? Est-ce pour se bercer dans l’illusion d’une vie choisie?
Non il n’y a qu’une seule voie déjà tracée qui se dirige tout droit vers l’enfer. Et pourtant, comment avait-elle réussi à se trouver devant ce carrefour alors? Avait-elle espéré pouvoir faire fléchir le destin implacable? Croyait-elle donc qu’un jour le bonheur viendrait frapper à sa porte?
Rêves brisés. En ce monde, il n’y a pas de place pour l’espérance. Les hommes ont tout détruit: son avenir, son amour pour quelqu’un qui ne la remarquera jamais, son amitié pour ceux qui ne feront que la trahir et la décevoir. Oui, elle a tout perdu. Différence, originalité, marginalité! Pourquoi a-t-on donc inventé ces mots?! Mots étiquette; mots prison. Enfermée dans la cage dorée d’une société formatée, étouffant sous les chaînes de ce monde; elle sombre.
Pourquoi donc choisir un chemin lorsqu’on est condamné? Le bourreau est avide de sang alors il ne faut pas le faire attendre. Et puis pourquoi donc rester? Juste pour pouvoir chaque jour le regarder, lui parler et voir sa vie ensoleillée rien que grâce à son sourire. Mais un rayon de soleil disparaît tellement vite… Un mot blessant, un espoir déçu et la tempête reprend dans un coeur déjà meurtri. Même l’amour, lorsqu’il est unique, peut se transformer en désespoir.
Rester… Mais pourquoi rester?! Pour ceux qui l’aiment? Mais elle sait très bien que si elle se raccroche à eux ils disparaîtront. Dans ce monde où l’amour des hommes est un crime, avoir des amis n’est que faiblesse. Lorsqu’ils voient que l’on dépend d’eux ils nous fuient ou nous brisent.
Alors, si amour et amitié ne sont que ruines pourquoi ne pas se raccrocher à sa famille, le noyau chez qui on pourra toujours trouver affection et protection?
Quelle mascarade. Si le monde est une prison alors la famille en est le geôlier. Elle n’est qu’un pas de plus vers la destruction finale.
Bien sûr elle pourrait se battre. Seule contre le monde sans aucun soutien. Mais finalement, la vie en vaut-elle la peine? Le chemin de l’avenir est tout aussi sombre que celui de la mort mais lui est interminable. Or elle est lasse. La fatigue qui survient après le plus dur des combats l’a envahie et elle sait qu’elle n’en est qu’au début. Alors autant quitter le ring avant d’en être expulsée de la façon la plus affreuse possible.
Elle abandonne. Il n’y a jamais vraiment eu de croisement, seulement le mirage d’une autre route possible, une route heureuse. Résolue et apaisée, elle continue sur le chemin, droit vers son destin. Droit vers la mort.



Je posterais les scénarios a la suite pour différencier le tout!
_________________
Pour toutes vos questions sur les minéraux et la lithothérapie :
https://www.facebook.com/pages/Les-minéraux-dEona/595438970500287

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 7 Juin - 19:40 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eona
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2012
Messages: 897
Localisation: Sud Ouest
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猪 Cochon
Type de magies pratiquées: Lithothérapie / Rituels / Paganisme / Voyance / En

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 20:10 (2013)    Sujet du message: Vieux écrits Répondre en citant

Voici quelques scénarios, j'en posterais d'autres plus tard!

Dernier coucher de soleil sur Paris


Synopsis: Dans un Paris apocalyptique en 2123. La surpopulation fut plus grave qu'on ne le pensait et plus de 60 % de la population mondiale se retrouva dans la rue, mourant de faim suite à de graves pénuries de produits de bases tels les fruits, légumes et viandes. les maladies ont également augmentées suite à la trop grande déforestation et à la pollution visible maintenant partout. Enfin, la Chine, maîtresse de l'économie mondiale, déclara créer un État unique et se mit en guerre contre les pays qui refusèrent. La France fut un de ceux là. La guerre durait depuis plusieurs mois et la France, n'ayant presque plus d'hommes pour combattre commença à rafler les enfants et les vieillards. Sentant ce pays se détruire, les grandes organisations criminelles commencèrent à régner en maître et les crimes et la prostitution augmentèrent de façon inimaginable.
Dans la capitale détruite par la misère, deux enfants de 12 ans orphelins dès leur plus jeune âge, Théo et Léa, luttent ensemble pour survivre. Mais un jour, Théo est raflé pour être envoyé au front. Il va devoir apprendre à se battre pour survivre et retrouver celle qu'il aime depuis toujours. De son côté, Léa désormais sans protection, va découvrir les dangers qui la guettent sous la forme d'un proxénète vicieux. Chacun de leur côté, ils vont se battre pour vivre avec pour seul souvenir de l'autre une photo.


The crows of shadow:

"Dans l’Angleterre victorienne du 19è s, Tom, un jeune garçon orphelin et sans abri recueille un corbeau blessé. Très vite, l’animal reprend des forces et s’attache à son sauveur. Des années plus tard, l’oiseau rebaptisé Saddy vit toujours avec Tom et ceux-ci sont devenus les meilleurs amis au monde. Quand un jour Tom, en rentrant de son travail (peut etre ramoneur) s’aperçoit que Saddy ne revient pas il décide de se mettre à sa recherche.
Après plusieurs jours où le jeune garçon s'enfonce de plus en plus dans les bas-fonds de la capitale, il surprend un complot visant la reine Victoria entre 2 hommes camouflés mais est découvert et enlevé.
A son réveil, il découvre que ses ravisseurs ne sont pas entièrement humains: leur visage est celui d'un corbeau!

Alors que les hommes corbeaux s'approchent pour tuer Tom, une nuée de corbeaux fondent sur eux, avec à leur tête Saddy qui se transforme en forme semi humaine et explique qu'il est l'ancien roi de ce peuple autrefois pacifique mais suite à un coup d'état, il fut blessé (c'est à ce moment là qu'il rencontra Tom) et son peuple passa sous les mains d'un tyran qui ne rêve que du trône d'Angleterre. Pendant plusieurs années, le roi mit en place une rébellion qui allait bientôt eclater au grand jour mais prévenu que son sauveur avait été enlevé il décida d'aller le sauver en priorité.


La Lame de Sang


Arita a vingt ans lorsque son fiancé décède à la suite d'un passage à tabac par un gang. Suite à cela la jeune femme décide de se venger et d'intégrer le même gang sous le nom d'une célèbre tueuse "La Lame de Sang." Malheureusement, un des nouveaux membre découvre son véritable but et la fait chanter en échange de son silence. Pourtant, peu à peu, le coeur d'Anita se dévérouille au contact de ce maître chanteur. L'amour et la hainte sont-ils compatibles ? Et qu'est-ce qui se cache derrière l'attaque du fiancée d'Anita, il y a quelques années de cela ?

Le barde du roi

Leonard, jeune valet à la cour de Louis XIII rencontre, à la suite d'un malentendu, le meilleur ami du jeune Louis XIV, futur roi soleil. Seulement, quand le monarque l'apprit il devint fou de rage et exila l'enfant. Un barde le recueillit et lui apprit à composer des poèmes et des chansons capable de séduire toutes les femmes. Son talent lui permit de se marier avec la fille d'un grand noble, le comte de (?) et de fréquenter la cour du roi soleil à Versailles. Arrivé la bas il décide de se servir de son art pour gravir les échelons de la cour et se rapprocher de Louis XIV pour se venger, et retrouver son ancien meilleur ami.


Projet espoir



Sous terre, dans un lieu inconnu de tous, se trouve une ville fantôme ayant servi d'immense laboratoire pour savait si les humains pouvaient vivre sous terre en cas de grande catastrophe qui ravagerait définitivement la Terre. Malheureusement, l'expérience fut un échec et presque tous les habitants moururent dans des circonstances étranges. On décida alors d'abandonner la ville et d'effacer toute trace de son existence. En France, un adolescent de 16 ans court pour échapper à ses poursuivants. C'est le seul survivant de la catastrophe de la ville souterraine, aussi nommée projet espoir. 10 ans se sont écoulés, et il a traversé de nombreux pays, poursuivit par des agents spéciaux du gouvernement qui ont pour mission d'éliminer la dernière preuve de l'existence du projet espoir. Seulement cette fois ci, il a décidé de vivre comme un adolescent normal et s'est inscrit au lycée. Mais les ennuis vont le rattraper, une étrange secte s'intéresse à lui et il découvre qu'un de ses nouveaux amis est un agent spécial chargé de le surveiller. Le mystère du projet espoir s’épaissit de plus en plus : pour quelles raisons a-t-il été créé et que s'est-il passé lors de la fin de la ville il y a 10 ans ?

« Il existe une légende chez les Indifférents qui raconte qu’autrefois le continent de Talissa n’était qu’un seul et même royaume et que leur pays, le nôtre et celui de nos ennemis n’étaient que des régions au rayonnement égal, vivant dans une parfaite harmonie. Que nenni ! Si jamais royaume unique il y eut, un homme de Saevir le gouvernait et ces immondices de Lusanoo n’avaient aucun pouvoir. »


Talissa Chronicles

Un continent, Talissa. Deux nations déchirées par une guerre durant depuis la nuit des temps, Saevir et Lusanoo. Et au milieu, un pays les séparant. Royaume gardien de la paix fragile de Talissa puisque neutre. Royaume dont le nom s’est perdu dans le cours du temps. On le surnomme désormais péjorativement « Indifférent ». Mais la trêve est terminée. La corruption creuse son nid dans la nation neutre et les Indifférent sont plus que jamais haïs par le reste du continent qui attend depuis trop longtemps de voir le sang couler. Bientôt Talissa sera noyé dans le chaos et personne ne pourra l’en empêcher. Personne sauf deux enfants ennemis que tout oppose et le prince des Indifférents… 


Voilà, il en existe d'autres que j'essaierais de retrouver puisque ce n'est uqu'ne toute petite partie de mes ecrits!

Dites moi ce que vous en pensez!
_________________
Pour toutes vos questions sur les minéraux et la lithothérapie :
https://www.facebook.com/pages/Les-minéraux-dEona/595438970500287

Revenir en haut
Licoginie
Adepte
Adepte

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 181
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Type de magies pratiquées: Radiéstésie, Méd. alt., Magie verte, Potions

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 20:36 (2013)    Sujet du message: Vieux écrits Répondre en citant

Tu as déjà eu mon avis sur le premier post... passons au second.

Crows of shadow j'ai pas croché. Je ne sais pas si c'est le mot corbeau qui est dit trop souvent ou si c'est l'idée qui me déplait le plus. Sur un bref résumé c'ets toutefois un peu dur de juger. Je pense quen lisant ça j'ouvrirais le bouquin à une page au hasard pour voir si ça me tente de le lire...

Lame de sang, ça peut être intéressant. C'est pas mes lectures habituelles mais pourquoi pas.

Le barde du roi... ça prévoit d'être très très intriguent tout ça ! Je suis sûre qu'à la fin il se fait pendre ou un truc du genre...

Projet espoir : ça me tente bien d'en savoir plus. comme ça, là à chaud, j'ai pas vraiment d'avis.

question ? tu n'as pas mis les " " au mauvais endroit ?

Talissa ça me fais étrangement penser à mon propre projet (non assez éloigné, mais le même genre d'univers, je crois). Si tu m'en envoie un peu plus par MP je te dis ce que j'en pense... mais je le sens plutôt bien celui ci
_________________
LicoGinie

L'alchimiste qui cherche pour faire de l'or, ne trouvera pas et celui qui trouve n'en a plus besoin.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:25 (2016)    Sujet du message: Vieux écrits

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> L'antre des loisirs -> Ecrits Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com