Mon Grimoire Index du Forum
 
 
 
Mon Grimoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les Runes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> La Page de Garde -> Préface -> L'Univers magique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lige
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 18 Déc - 21:57 (2012)    Sujet du message: Les Runes Répondre en citant


Ces textes étant soumis à des droits d'auteurs ils ne sont plus disponibles ici. Merci de votre compréhension.


Dernière édition par Lige le Ven 15 Nov - 01:32 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Déc - 21:57 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kalicem
Adepte
Adepte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2012
Messages: 84
Localisation: Le havre
Masculin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 19 Déc - 21:48 (2012)    Sujet du message: Les runes Répondre en citant

Issu des peuples d'Europe du Nord et de la mythologie scandinave, le système runique connut au cours de son histoire des difficultés existentielles et fut même interdit au XI° siècle, ainsi qu'au XVII° , en Angleterre et en Scandinavie.
Sans pouvoir donner de date précise, on estime le début du développement du système runique aux environs du 2ème siècle avant JC. Mais des pierres gravées montrent que les signes runiques, étroitement liés à la magie, étaient utilisés par les peuples scandinaves bien avant cette époque. Les runes étaient utilisées comme objets de communication et de représentation symbolique du langage.
Certains écrits en attribuent la paternité à ODIN, l'un des dieux nordiques les plus célèbres. ODIN aurait inventé les runes et, par la suite, d'autres dieux nordiques auraient été associés aux significations de runes particulières. THOR, par exemple, le fils du dieu ODIN, est associé au tonnerre, à la fertilité et à la loi.
Sur le plan étymologique, " run ", dans l'ancien langage nordique, signifiait : l'écriture secrète. Puis de " roun ", en vieil anglais, cette appellation a évolué pour devenir " rune ", qui signifie : " secret murmuré ", dans l'anglais moderne.
Le pouvoir des runes est connu depuis les civilisations des Goths, des Germains et des Celtes. Les runes sont synonymes de mystère et de magie. Elles nous guident sur la voie de la sagesse et de la réalisation de nous-mêmes, en parfaite harmonie avec le monde qui nous entoure.

LES ALPHABETS SUCCESSIFS
Le premier alphabet runique, le FUTHARK, appelé aussi : ancien FUTHARK, ou FUTHARK germanique, est né avec la civilisation chrétienne et fut utilisé jusqu'au VIII° siècle.
Cet alphabet comporte 24 caractères, 3 groupes de huit runes nommé un aett (des aettir au pluriel), et son nom est composé des initiales des six premières lettres de cet alphabet : Féhu ou Feoh, Uruz ou Ur, Thurisaz ou Thorn, Ansuz ou Ansur, Raidho ou Rad et Kenaz ou Ken. En fonction des différents alphabets, l'orthographe diffère quelque peu, mais la signification générale reste la même.
Ce premier alphabet fut modifié et donna naissance au FUTHARK récent ou FUTHARK nordique, composé de 16 caractères. Cet alphabet fut utilisé de l'an 800 à l'an 1050. Les rares traces existantes sont des inscriptions funéraires.
Puis de l'an 1050 à 1450, un troisième alphabet, le FUTHARK anglo-saxon ou FUTHARK frison, composé de 33 caractères, vit le jour. C'est ce qu'on appelle la version anglo-saxonne des alphabets runiques.
Les deuxième et troisième alphabets sont en fait des dérivés de l'ancien FUTHARK.
L'alphabet runique fut utilisé jusqu'au XIX° siècle. Depuis, il n'est plus utilisé que comme support pour la divination.



LES DIFFÉRENTS SUPPORTS 
 
  
Considéré comme un matériau noble et vivant, c'est le bois qui fut le plus souvent utilisé comme support.Mais on retrouve aussi de nombreuses inscriptions gravées dans la pierre et en particulier dans la pierre des menhirs.Ces pierres, dressées vers le ciel, utilisées au cours des cérémonies religieuses et funéraires, avaient des vertus surnaturelles.
Les runes furent aussi gravées sur de minces disques en métal.
Des inscriptions runiques étaient aussi inscrites sur les épées ou autres équipements, afin d'augmenter leur efficacité. C'était une façon pour ces peuples de communiquer avec les dieux et d'invoquer ainsi leur protection.


L'ASPECT RELIGIEUX ET DIVIN 
 
  
Les runes permettaient aux peuples de Gaule et d'Europe du Nord de communiquer avec les dieux et d'essayer de contrôler les phénomènes naturels comme les tempêtes et la foudre. Utilisées comme outil de divination, on consultait les runes pour essayer de déchiffrer les messages envoyés par les dieux. On interrogeait aussi les runes pour essayer de comprendre le mystère de la vie et de la mort.Cette croyance sans faille dans le pouvoir des runes était pour ces peuples la preuve de leur soumission aux dieux et la garantie en retour, après leur mort, d'être accepté et de connaître un bonheur éternel au royaume des dieux.

L'ANCIEN FUTHARK 
 
  
L'ancien FUTHARK est l'alphabet le mieux adapté à l'art divinatoire runique et est aussi considéré comme le plus précis. Il est composé de trois groupes de huit runes qui ont un sens bien particulier.Le premier groupe porte le nom d' "aett de FREY" : Frey étant le dieu de la fécondité.














FEHU:  Rune de la mobilité, idée de richesse gagnée, d'abondance et de force.-Valeurs symboliques: le bétail, la nourriture.

URUZ ou UR: Rune de la maturité, de la promotion, idée de transition, de sagesse et d'enseignement. -Valeurs symboliques : l'aurochs, la mère.

THURISAZ ou THORN: Rune de la protection, idée de modération et de prudence. -Valeurs symboliques : l'épine, le marteau.

ANSUZ ou ANSUR: Rune du chant et de la musique, de la communication. -Valeurs symboliques : la bouche, la parole.

RAIDHO ou RAD: Rune de l'ordre et des valeurs établies, idée de voyage, d'action immédiate. -Valeurs symboliques : la roue, le voyage.

KENAZ ou KEN: Rune de la création, de la magie, de l'énergie maîtrisée, de la passion, du désir sexuel, idée de récupération des forces. Valeurs symboliques : la flamme, la convalescence.

GEBO ou GEOFU: Rune de l'union, du partage, de la magie sexuelle, idée de générosité, de rencontre en amour ou dans le travail. -Valeurs symboliques : l'union, la générosité.

WUNJO ou WYNN: Rune de l'harmonie, idée de fraternité, de créativité, de bonne fortune. -Valeurs symboliques : la joie, le plaisir.


Le second groupe porte le nom d' "aett de HAGALL" : symbolise les puissances perturbatrices de la vie quotidienne.
















HAGALAZ ou HAGALL: Rune du mystère, de la perturbation, fait appel à l'imagination et à l'irrationnel. -Valeurs symboliques : la grêle, les perturbations.

NAUDHIZ ou NIED: Rune de la patience, de l'acceptation, idée de règles et de valeurs fondamentales. -Valeurs symboliques : le dénuement, la tempérance.

TISA ou IS: Rune indépendante, idée de solitude, de repli. -Valeurs symboliques : la glace, la concentration.

JERA ou GER: Rune du perpétuel retour, idée de recommencement, de changement, d'évolution, de juste retour des choses. -Valeurs symboliques : la moisson, la justice.

EIHWAZ ou EOH: Rune de la résurrection, idée de passage à un nouvel état, du dépassement de soi. -Valeurs symboliques : le bois d'if, le passage.

PERTHRO ou PEORTH :Rune de la destinée, du temps, de la divination, idée de résultat lié à un risque ou à un engagement à prendre. -Valeurs symboliques : le destin, la découverte.

ELHAZ ou EOLH: Rune de la protection, de la conscience, idée d'avertissement, idée de protection physique et spirituelle. A la forme d'un bois d'élan. -Valeurs symboliques : un élan, la protection.

SOWILO ou SIGEL: Rune des enseignants, des guides, idée de puissance, de victoire, mais aussi du surmenage. Valeurs symboliques : le soleil, la réussite.


Le troisième groupe porte le nom d' "aett de TYR " : TYR étant le dieu de la guerre.
















TIWAZ ou TYRR: une du pouvoir, de la responsabilité, idée de combativité, de fécondité, de croissance, de volonté. -Valeurs symboliques : le dieu Thyr, la motivation.

BERKANO ou BEORC: Rune de la naissance, idée de création, de nouveauté. Le bouleau, arbre de la régénérescence, pour les peuples du Nord de l'Europe. -Valeurs symboliques : le bouleau, le commencement.

EHWAZ: Rune de l'alternance, du changement, idée de fluctuation, de réincarnation, le mouvement et la mobilité sont représentées par le cheval. -Valeurs symboliques : le cheval, une progression.

MANNAZ ou MANN: Rune de l'association, de la collaboration, idée de pouvoir, de tradition, d'homme parfait et équilibré. -Valeurs symboliques : l'homme, l'interdépendance.

LAGUZ ou LAGU: Rune d'initiation à la vie, d'énergie vitale, idée d'évolution, de chemin encore à parcourir, d'aspiration à un idéal. -Valeurs symboliques : l'eau, l'intuition.

INGWAZ ou ING: Rune de la fertilité, idée de fécondité, d'énergie à l'état latent, de préparation. -Valeurs symboliques : la fécondité, le renouveau.

DAGAZ ou DAEG: Rune de l'éveil intégral, aboutissement de INGWAZ, lumière du jour, idée de profonde harmonie, d'équilibre entre deux tendances. -Valeurs symboliques : le jour, la transformation.

OTHALAZ ou OTHEL: Rune de la réalisation finale, idée de richesse accumulée, d'héritage, spirituel ou matériel. -Valeurs symboliques : l'héritage, les biens matériels.


La dernière rune qu'il est indispensable de rajouter à l'ancien FUTHARK, pour obtenir un maximum de précision dans l'interprétation, est la rune WYRD.
Cette rune qui ne comporte aucun signe est le joker de la divination runique. Elle a un peu le rôle d'arbitre, elle peut renforcer ou affaiblir les prédictions des autres runes, elle peut aussi annoncer un évènement inévitable, qui sera ou non annoncé au consultant. WYRD est une rune représentant les forces du Destin en action.






-------------------------------------------------------------------------------------------  


COMMENT TIRER LES RUNES? 
 
  
   
Avant toute chose, le choix de l'alphabet : l'ancien FUTHARK est l'alphabet le plus fiable et le plus précis des trois alphabets. C'est aussi celui qui correspond le mieux à notre mode de vie et à notre philosophie. 
 
 
Pour tirer les runes, il faut disposer d'un sac en toile ou en cuir, où sont rangées les 25 runes, d'une pièce de tissu, blanche de préférence, qui servira de support, et d'une surface plane.
C'est sur la pièce de tissu que l'on disposera les runes tirées à partir du sac et disposées suivant la figure choisie pour la lecture. 
 
 

COMMENT PROCÉDER? 
 
  
   

L'interprétation peut se faire avec 3, 5, 7, 9, 10, 11, 12, 15, 16 ou 25 runes. Il n'y a pas de rituel particulier. Il faut cependant essayer de créer une atmosphère, une ambiance qui rapproche de la nature et qui est propice au recueillement et à la concentration: éclairage avec des bougies, faire brûler un peu d'encens ou d'huile essentielle. 
 
 

Il faut pratiquer de la manière suivante: 
 
 
- étaler la pièce de tissu sur une table, si possible en bois, ou si l'on est dans la nature, on peut même disposer les runes directement sur le sol.
- placer les 25 runes dans le sac en toile ou en cuir, après les avoir comptées.
- dans le silence le plus complet, il faut se concentrer, faire le vide et penser à la question que vous souhaitez poser. Cette question doit être simple, en évitant les formulations négatives, et ne concerner qu'un seul sujet.
Exemple: "dois-je prendre telle décision?"
- après avoir mélangé les runes, le tirage peut commencer, en fonction de la consultation choisie.
- Il suffit ensuite de passer à la phase d'interprétation.
 
 
 

LA POSITION DES RUNES 
 
  
   
Au fur et à mesure du tirage, les unes sont disposées sur le carré d'étoffe. Leur position a une signification bien précise. Différents cas peuvent se présenter:- la rune peut être posée face apparente, à l'endroit- la rune peut être posée face apparente, à l'envers- la rune peut être posée face cachée, à l'endroit
- la rune peut être posée face cachée, à l'envers
Certaines runes sont dites irréversibles: aussi quelle que soit leur position, elles auront la même signification. C'est le cas de la rune WYRD, ou rune blanche. Pour les autres, on peut dire qu'à l'endroit, elles auront une valeur plutôt positive et qu'à l'envers et face cachée, elles auront plutôt une valeur négative.



LES DIFFÉRENTS TYPES DE CONSULTATION 
 
  
La consultation des nornes avec 3 runesC'est la consultation la plus simple et qui permet d'obtenir des réponses du style 'oui' ou 'non' aux questions posées.Il suffit de disposer trois runes sur notre pièce de tissu et de les mélanger. On retourne ensuite ces runes, face gravée apparente.




1 : 
 
 
  
2 : 
 
 
  
3 : 
 
 
  
Passé 
 
  
Présent 
 
  
Avenir 
 
  
si les trois runes sont à l'endroit, la réponse est positive.
si elles sont à l'envers, la réponse est négative.Dans les autres cas, deux à l'endroit et une à l'envers, ou inversement, il faudra nuancer la réponse en fonction des runes présentes dans le tirage. Souvent on considère que la rune la plus à gauche représente le passé, celle du milieu, le présent et celle le plus à droite le futur. Il faut affiner la réponse en consultant les fiches de signification des différentes runes.
Le tirage de la simple croix avec 5 runes
Ce second type de tirage permet d'effectuer un bilan, une analyse personnelle.
Les trois positions centrales correspondent au passé, présent et futur, comme dans le tirage des nornes.
La position supérieure traduit l'aide que le consultant peut espérer, la position inférieure donne une réponse à une interrogation ou à l'état d'une structure, mais sans possibilité d'interprétation et sans nuance.






 

4 : 
 
 
  
 

1 : 
 
 
  
2 : 
 
 
  
3 : 
 
 
 
 

5 : 
 
 
  
 

Comme pour la consultation des nornes, la consultation de la simple croix permet une interprétation qui va de trois mois dans le passé, à trois mois dans le futur, avec une dizaine de jours d'écart dans la prédiction.Le tirage de la croix celtique avec 10 runes
Ce tirage a des similitudes avec le tarot. Contrairement au tirage de la simple croix, qui permet de faire une analyse sur soi-même, le tirage de la croix celtique est plutôt utilisé pour guider autrui.
Jadis, le consultant devait respecter une certaine chronologie avec des points de passage obligés. Il devait, tout en mélangeant les runes contenues dans un petit sac, commencer par s'adresser 'aux dieux' en ces termes:
Ares et Vanes des rêves sans limite, j'ai à parler avec les nornes.
Puis s'adressant aux nornes:
- Urd, Verdandi et Skuld, sous les branches d'Yggdra je vous parle.
- Répondez-vous à mes questions?
- Laissez-moi boire à votre puits.
- Et faites que ma requête soit entendue.
- Par le marteau
- Par la lance
- Et par le chariot sacré.
Puis le consultant tirait les runes une à une et les disposait comme indiqué ci-dessous:









 

5:


 

10:


4:


1:


6:


9 :


 

2:


 

8 :
 
 
 
 

3:


 

7 :


 
 
  
La position N°1 indique la situation actuelle du consultant.La position N°2 indique les obstacles qu'il peut rencontrer.La position N°3 indique ses objectifs.
La position N°4 indique les derniers événements qui ont marqué sa vie.
La position N°5 indique la voie idéale qu'il faudrait suivre.
La position N°6 indique la route qu'à suivit le consultant.
La position N°7 fait un bilan qualités/défauts du consultant.
La position N°8 indique l'évolution de la situation dans un avenir proche.
La position N°9 révèle les attentes et les craintes du consultant.
La position N°10 donne une solution pour rejoindre la voie idéale.De nos jours, l'invocation aux dieux n'est pas obligatoire, mais le respect du tirage et de la disposition des runes ainsi que le souci de recueillement, de silence et de concentration est toujours aussi important.
Le tirage du triangle de Merlhyn avec 15 runes
Ce tirage ressemble au tirage des nornes, avec cette notion de présent, passé et avenir. Par contre on va, grâce à la présence de cinq runes par secteur, obtenir plus de précision dans la divination. Cela permet aussi d'avoir des prédictions qui passent de trois mois à un an dans le passé, comme dans le futur, avec plus ou moins un mois de précision.
Dans chaque partie, présent, passé et futur, les cinq runes définissent des états, notés : A, B, C, D et E. Les numéros indiquent l'ordre de tirage




Passé Présent Avenir 
 
  













 

 

 

 

 

 

7. B


8. C

 

6. A

.

.

.

9. D

 

4. D

.

.

.

.

.

11 A

 

3. C

.

.

.

.

.

12 B

 

2. B

.

.

.

.

.

13 C

 

1. A

5

E

.

10

.

E

15

14
D



L'état A représente le côté positif pour le consultant.
L'état B représente le côté négatif pour le consultant.
L'état C indique la voie à suivre pour le consultant.
L'état D représente le résultat final.
L'état E représente la synthèse de chaque état.Dans ce tirage, on va faire le bilan du passé, évaluer ses effets sur le présent et connaître les conséquences pour l'avenir, en s'appuyant pour cette divination sur les runes marquant la synthèse pour chaque état.
- Le tirage du grand arbre : avec 25 runes.
Ce tirage est intéressant à présenter car c'est le plus grand tirage que l'on peut faire avec l'alphabet de l'ancien FUTHARK, mais aussi parce que son interprétation a une correspondance avec les Maisons Astrologiques. Le consultant doit posséder son thème astrologique.
Comme pour les autres tirages, les runes sont disposées dans l'ordre des numéros.













 

 

 

 

25 
 
  
 

 

 

 

 

 

 

 

.
.

 
  
 

 

 

 

 

 

 

 

15 
 
  
 

 

 

 

 

 

 

 

14 
 
  
 

 

 

 

 

 

 

 

13 
 
  
 

 

 

 



Les 12 maisons astrologiques









 
  

 
  
12 
 
  

 
  

 
  
11 
 
  

 
  

 
  
10 
 
  

 
  

 
  

 
  


Racines du grand arbre:
Passé
Présent
Futur


  • Les runes 1 à 4 représentent le passé. Chaque rune correspond à un trimestre et permet de retrouver l'enchaînement des différents événements vécus.
  • Les runes 5 à 8 relatent le présent.

La rune 5 traduit le côté positif, la 6 le côté négatif pour le consultant. La rune 7 montre le chemin à suivre pour le consultant et la rune 8 décrit la synthèse et le lien avec les éléments futurs.[*]Les runes 9 à 12, de la même manière que les runes 1 à 4, correspondent au futur.[*]Les runes 13 à 24: ce sont les douze maisons astrologiques.
- la rune 13 correspond à la maison I, traduit la personnalité.
- la rune 14 correspond à la maison II, traduit la vie matérielle.
- la rune 15 correspond à la maison III, traduit la communication avec les proches.
- la rune 16 correspond à la maison IV, traduit la vie affective et l'amour.
- la rune 17 correspond à la maison V, traduit ?.
- la rune 18 correspond à la maison VI, traduit la vie quotidienne avec les autres, la santé.
- la rune 19 correspond à la maison VII, traduit les différentes sortes d'association avec les autres, les conflits.
- la rune 20 correspond à la maison VIII, traduit les évolutions, la mort, la sexualité.
- la rune 21 correspond à la maison IX, traduit le voyage, la religion, l'absolu.
- la rune 22 correspond à la maison X, traduit les honneurs, le travail, la réussite professionnelle.
- la rune 23 correspond à la maison XI, traduit la vie en société, l'amitié.
- la rune 24 correspond à la maison XII, traduit l'inconscient, la maladie, l'échec.[*]La rune 25 correspond à une orientation générale pour l'année à venir
Ce tirage est certainement celui qui permet la divination la plus complète et la plus précise, mais il demande un grand savoir au niveau du consultant, en particulier dans le domaine de l'astrologie.
Les principes et les tirages les plus courants ont été présentés dans ce dossier, mais il en existe bien d'autres comme le tirage de l'arbre Yggdrasill, avec 9 runes ou celui des 12 maisons astrologiques, avec 12 runes.
La divination par les runes est une science dont l'apprentissage est long et difficile, mais qui nous conduit à trouver une paix intérieure afin de remettre de l'ordre dans notre vie quotidienne. Sans vouloir devenir un expert dans ce domaine, la simple lecture d'ouvrages consacrés à cette science, avec les bienfaits que peut procurer un rapprochement avec la nature et les bases et conseils pour retrouver un calme intérieur, peuvent permettre de trouver les éléments indispensables à une vie en harmonie avec son propre environnement.
Revenir en haut
kalicem
Adepte
Adepte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2012
Messages: 84
Localisation: Le havre
Masculin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 19 Déc - 21:49 (2012)    Sujet du message: Les Runes Répondre en citant

Introduction
Les runes sont utilisées depuis des siècles comme symboles magiques, comme outils de
divination mais aussi comme alphabet à usage magique ou non. Dans ce grimoire j'exposerai
une façon générale et simplifiée d'interpréter les runes sur le plan divinatoire, symbolique, et
leur usage magique, mais c'est a vous de trouver vos propres interprétations et utilisations
pour chaque rune.

Présentation de l'Ancien Futhark et des autres alphabets runiques :
Dans ce grimoire, je parlerai exclusivement des runes de l'Ancien Futhark à 24 caractères.
Mais d'autres alphabets runiques existent, plus récents, et avec un nombre de runes différents,
selon les époques et parfois selon les régions géographiques. En Magie Runique, dans un
souci de retour aux sources de cette tradition, nous utilisons majoritairement l'Ancien Futhark,
sans pour autant renier l'efficacité, et la puissance des alphabets qui en ont découlé. C'est pour
cela que dans un souci de simplicité, les fiches détaillées des runes ne sont faites que pour
celles de l'Ancien Futhark. Néanmoins je présenterai brièvement dans cette introduction les
autres alphabets, aussi bien dans un but de culture générale, que pour vous permettre
d'acquérir les bases qui vous permettront de mener des recherches plus poussées sur ces
alphabets si cela vous intéresse. Le mot Futhark est issu de la contraction des six premières
lettres de l'alphabet runique (tout comme alphabet est la contraction des deux premières lettres
grecques Alpha et Bêta) : Fehu - Uruz - Thurisaz - Ansuz - Raidho - Kenaz = FUT(H)ARK, et
veut dire alphabet runique. J'utiliserais fréquemment ce mot afin de simplifier mes phrases.

L'Origine des Runes :
Le mot rune signifie "secret", "mystère", "murmure", ou "lot" (de divination). Il dérive de la
racine ancienne Norroise rún, qui veut signifie "secret", "enseignement secret", "sagesse", ou
"signes magiques". On le retrouve dans d'autres langues, tels le gothique (r􀇌na), et le vieil
anglais (rûn), où il garde le sens primaire de "secret". Cette racine étymologique se retrouve
aussi dans les langues celtiques (tels l'Irlandais, ou l'Ecossais), avec là encore le même sens.
Sachez aussi que le mot runelore veut dire "enseignement des runes".
Chaque rune possède un nom et un son qui désignent un objet, un animal ou une qualité.
Chaque nom de rune porte donc un concept, et celui-ci reflète le symbolisme de cette rune et
ses correspondances. Chaque rune porte donc un enseignement (un lore), qu'il faut savoir
découvrir. D'ailleurs l'ordre des runes n'est pas dû au hasard, il traduit une évolution
spirituelle complète. C'est pour cela qu'il ne faut pas considérer les runes comme de simples
lettres d'un alphabet, ou comme un simple moyen de divination. Les runes sont beaucoup plus
que ça. Ce sont des mystères, c'est-à-dire des symboles idéographiques de concepts
ésotériques. D'ailleurs les runes ne se limitent pas qu'aux runes du Futhark, sont aussi incluses
sous le terme de runes au sens large ce que l'on appelle des runoglyphes, c'est-à-dire des
symboles idéographiques qui n'entrent pas dans le Futhark et qui représentent pourtant les
mystères. Font partie de ces runoglyphes le marteau de Thor, la roue solaire, ou la Svastika. Je
vous parlerai plus avant de ces runoglyphes dans une autre page.

Chaque rune a donc trois niveaux d'analyse :
- sa forme (géométrique et phonétique)
- son concept (sa symbolique)
- son nombre (ce qui la lie aux autres runes et la rend dynamique).
Les runes étant des mystères, elles sont atemporelles, et n'ont d'autre origine réelle que celle
du monde. L'origine historique fixée est celle des runes en tant que Futhark structuré.
Sur cette origine historique des runes, plusieurs hypothèses sérieuses s'affrontent, sans
convaincre pour la plupart, sans compter les hypothèses fantaisistes (comme l'hypothèse
atlantéenne, ou extra-terrestre ).

Parmi ces hypothèses sérieuses, quatre ont vraiment marqué les recherches sur l'origine du
Futhark :
- l'hypothèse latine
- l'hypothèse grecque
- l'hypothèse nord-italique (ou Etrusque)
- l'hypothèse indigène.

Aucune de ces hypothèses n'arrive à se confirmer totalement, sauf l'hypothèse nord-italique
qui resterait à l'heure actuelle la plus plausible, malgré quelques lacunes. Cette hypothèse se
base sur les liens marchands qui existaient entre les Etrusques et les Scandinaves et les
Germains, liens attestés par des casques portant des mots de langue germanique écrits en
alphabet étrusque. Mais en réalité en y regardant bien il semble que les runes ne soient pas
issues d'un système, mais d'un mélange entre les idéogrammes et symboles indigènes
(germaniques) et les systèmes d'écriture méditerranéens. Des pictogrammes indigènes de
l'Age du Bronze tardif semblent avoir évolué vers certains runoglyphes, et pourraient être un
des systèmes à l'origine des runes. Ces idéogrammes ont dû donner la forme et le nom des
futures runes, mais leur ordre et leur nombre est très certainement issu d'une symbolique
magique locale. Mais l'idée d'utiliser des formes comme système d'écriture, ainsi que le choix
des caractères liés à des sons particuliers indique de façon certaine qu'il y a eu influence des
peuples du Sud (c'est-à-dire des peuples Méditerranéens). Les runes ont très certainement été
phonétiques, puis divinatoires avant de devenir un alphabet sous l'impulsion des peuples du
Sud, de tradition écrite.
Sur un plan ésotérique, l'origine des runes telles que les hommes les connaissent vient d'Odin,
qui s'est pendu par les pieds à l'Yggdrasil durant neuf jours et neuf nuits sans boire ni manger,
blessé par sa propre lance, afin d'atteindre un état de transe pendant lequel lui ont été révélées
les runes. C'est Odin qui, après avoir découvert les runes lors de ce rite ressemblant fort aux
initiations chamaniques, les enseigna aux hommes. A travers cet enseignement, Odin apporta
aux hommes la Magie, l'inspiration, la sagesse et la poésie dans tous les mondes. C'est pour
cela qu'Odin est le Maître de l'inspiration, de la magie etc. D'ailleurs son nom germanique
Wodan veut dire "celui qui est maître de l'extase". Odin est en fait le lien qui amène à notre
conscience la sagesse inconsciente voire supraconsciente des runes. Les runes sont donc
"nées" ésotériquement en même temps que la conscience humaine.

Histoire des Runes :
Les runes les plus anciennes attestées datent d'environ 50 de l'ère Chrétienne (E.C.), et ont été
trouvées sur la broche de Meldorf.
Les Runes ont connu quatre périodes historiques :
- du 1er au 8ème siècle E.C. (Période de l'ancien Futhark, début de l'apparition du Futhark
Frison)
- du 8ème siècle à 1100 E.C. (Période des Futharks plus récents)
- une période intermédiaire de 1100 à 1600 E.C. environs pendant laquelle la tradition des
runes se perd peu à peu
- une période de renaissance au delà de 1600 E.C
Bien que la tradition runique ait perduré depuis 1100 E.C. dans des zones reculées de
Scandinavie, cela s'est fait aux dépends de son intégrité. Ce qui a survécu est un reliquat très
abîmé de la tradition d'origine.

L'Ancien Futhark :
Cet alphabet constitué de 24 runes, appelé aussi Futhark Germanique commun, est le plus
ancien alphabet runique au sens véritable, et le plus répandu. La plus ancienne trace de ce
Futhark date de 50 E.C., et on sait de façon sûre qu'il a perduré jusqu'en 800 E.C. partout dans
le monde Scandinave, et même au-delà (jusqu'à la fin du Moyen Age) dans certaines zones
reculées de la Scandinavie. De 50 à 200 E.C. il n'est connu qu'en Suède, Norvège, et
Danemark. C'est ultérieurement lors des conquêtes des Germains que les runes se sont
répandues rapidement à l'Est et au Sud, jusqu'en Pologne, Russie, Roumanie, Hongrie et
Yougoslavie. Dès 250 E.C. on trouve des inscriptions runiques un peu partout dans les
territoires occupés par les Germains. La propagation du Futhark fut systématique dans des
centaines de clans et de tribus, et elle fut rapide.
Aujourd'hui il reste environ trois cents inscriptions en ancien Futhark, beaucoup ayant été
perdues car gravées sur du bois ou de l'os, qui sont des matières périssables. Celles qui nous
restent sont sur métal ou sur pierre. Les premières inscriptions ont été faites sur des objets
mobiles, ce qui ne nous permet pas de déterminer leur origine précise.

Ce Futhark a été gravé sur deux types d'objets :
- des objets mobiles :
* armes (épées, têtes de lances et de flèches, bosses de boucliers)
* broches (fibules)
* amulettes, bractéates
* outils
* peignes, anneaux
* cornes à boire
* statuettes
* boîtes
* boucles et petits objets en métal.
- des objets fixes :
* des affleurements de roches (parois rocheuses)
* des pierres bauta (qui signalent une sépulture, un lieu de culte ou d'assemblée).

Ce Futhark possède une particularité, à savoir que si les runes de celui-ci ont un ordre bien
précis et fixe (comme dans notre alphabet), il y a néanmoins deux couples de runes, la
treizième et la quatorzième, ainsi que les deux dernières, qui peuvent s'interchanger. En effet
dans les séries runiques historiques retrouvées sur des mégalithes, des bijoux, etc. on a
retrouvé des séries avec un ordre et d'autres avec l'ordre inverse pour ces deux couples de
runes. Néanmoins pour la treizième et quatorzième rune, l'échange étant peu courant je ne
m'attarderais pas dessus ultérieurement. Par contre l'échange entre les deux dernières runes est
encore un sujet de débat entre runistes, spécialistes des runes et vitkis, chacun ayant ses
raisons pour invoquer tel ordre plutôt que l'autre.

Le Futhark est divisé en trois groupes de huit runes appelés aettirs (aett au singulier), qui veut
dire "huit runes", ou "huit directions". Chacun de ces trois groupes est gouverné par un dieu et
une déesse :
- le premier aett est gouverné par Freyr et Freya qui symbolisent la fertilité
- le deuxième aett est gouverné par Heimdal et Mordre qui sont les gardiens des ponts entre
les mondes
- le troisième aett est gouverné par Tyr et Zisa qui symbolisent le droit et la justice.

Futharks plus récents :
Les runes étaient un système évolutif, non fixé par des institutions, contrairement à notre
alphabet actuel par exemple. C'est cette caractéristique qui a permis l'émergence de nouveaux
alphabets.
Au milieu du 5ème siècle E.C. ( vers 450 ) , en Frise, quatre runes furent ajoutées à l'Ancien
Futhark, donnant naissance à un Futhark à 28 runes ( appelé Futhark Frison ), qui fut exporté
en Angleterre où une rune fut encore ajoutée, ce qui donna le Futhark Anglo-Saxon. Ces deux
Futharks sont mis ensemble de par la similitude entre certaines runes, ainsi que de par le lien
qui existait entre les deux peuples, Anglais et Frison. Mais alors que le Futhark Anglo-Saxon
est complet, et peu axé sur la magie, le Futhark Frison n'est que fragmentaire et
principalement axé sur l'aspect ésotérique.
Le Futhark Anglo-Saxon a été retrouvé sur une soixantaine d'objets mobiles, dans l'Est et le
Sud-Est du pays pour ceux datés d'avant 650 E.C., et dans le Nord du pays pour ceux datés
d'après 650 E.C.. Ce Futhark est principalement visible sous une forme à 28 runes dans le
poème runique Vieil-anglais, mais aussi dans le Cotton Domitianus A9, où il est divisé en
aettirs, aux mêmes endroits que l'Ancien Futhark. Les runes anglaises sont apparues à la fin
du 5ème siècle E.C., et se sont éteintes sous leur forme gravée au 11ème siècle (elles ont
perduré sous forme manuscrite jusque bien plus tard). Cet alphabet a connu deux périodes :
- de 450 à 650 E.C. : la circulation est importante et se fait surtout le long des voies païennes
- de 650 à 1100 E.C. : la christianisation ralentit les échange et provoque la disparition des
pratiques magiques visibles.
Ce Futhark a été apposé sur trois types d'objets :
- des objets mobiles (armes, coffrets et autres en métal, os ou bois)
- des objets fixes (pierres runiques commémoratives et croix de pierre chrétiennes)
- des manuscrits (mais aucun n'est écrit intégralement en runes, elles sont là en tant
qu'abréviations ou comme moyen de cryptage).
De par l'utilisation de la plume au lieu du burin, certaines runes (telle Wunjo) prirent une
forme arrondie qui a été transmise jusqu'en Germanie et en Scandinavie.

Les runes frisonnes quant à elles n'ont été retrouvées que sur 16 restes d'inscriptions runiques,
nous empêchant ainsi de disposer de ce Futhark au complet. Ce Futhark a été utilisé du 6ème
au 9ème siècle, uniquement sous forme gravée, sur des objets en bois ou en os qui ont été
préservés dans les sols humides des remblais de marais. Enfin, contrairement au Futhark
Anglo-Saxon, ces runes ont existé dans un contexte païen fort, la Frise ayant résisté au
christianisme, grâce à ses rois valeureux, jusqu'à la fin du 7ème siècle.
Aux environs de l'an 800, dans le Nord de l'Angleterre (actuel Sud de l'Ecosse), quatre runes
furent encore ajoutées au Futhark Anglo-Saxon, ce qui a abouti à la création du Futhork
Northumbrien. Ce Futhork est divisé, non pas en trois, mais en quatre aettirs de huit runes
plus une rune centrale (Gar). Certaines des dernières runes ajoutées portent les traces d'une
influence celtique, de par les correspondances que l'on a pu établir entre ces runes et certaines
lettres oghamiques. Cette influence prouve qu'il existait une communication et des échanges
entre mages germaniques et mages celtiques. Les runes furent utilisées comme écriture en
Angleterre, jusqu'à Alfred le grand, qui instaura l'éducation à la romaine.

Dans le même temps, en Scandinavie, le nombre de runes dans le Futhark diminua. Au 8ème
siècle, huit des runes de l'Ancien Futhark disparaissent, donnant naissance à un Futhark à 16
runes, appelé Futhark récent, qui comporta deux variantes :
- le Futhark Danois (le plus ancien)
- le Futhark Suédo-norrois.
Ces deux Futharks sont strictement Scandinaves, même si certaines inscriptions ont été
retrouvées au Royaume Uni et dans l'Est, les graveurs de ces runes étaient tous Scandinaves.
Ces runes ont existé à l'époque des premiers raids vikings et sont donc parfois appelées Runes
de l'Age Viking. Ces deux Futharks sont divisés en trois aettirs, comme l'Ancien Futhark, un
de six runes, et deux de cinq, et presque toutes les valeurs phonétiques des runes sont restées
les mêmes. La simplification du Futhark est d'ordre ésotérique et non profane, puisque cette
simplification du Futhark est parallèle à une complexification des sonorités de la langue.
Quelques runes tels que Eihwaz et Jera (qui devient Naudhiz) changèrent de valeur phonétique. Cette simplification du Futhark a entraîné une confusion sur le plan de l'écriture,
plusieurs runes exprimant deux sons voire plus. Elhaz changea aussi de place et arriva à la fin
du Futhark. Toutes les autres runes ont gardé leur place relative, et le changement de place
d'Elhazest certainement dû à la nécessité de découper les deux derniers aettirs de façon
symétrique, tout en les faisant débuter par les mêmes runes que dans l'Ancien Futhark. Sur les
seize runes, onze ont gardé leur forme originelle, trois ont pris une variante de leur ancienne
forme, et deux ont changé complètement de forme. Les noms des runes semblent eux aussi
avoir été préservés. Environ 5000 objets portant des inscriptions en Futhark Récent ont été
trouvés, principalement des pierres commémoratives (souvent gravées en l'honneur de
guerriers morts lors de raids à l'étranger) et des talismans (à la fois talismans vrais et objets
utilitaires transformés en talismans par la magie runique).

Au 10ème siècle E.C., est apparu un alphabet runique qui fut peu utilisé, et qui porte le nom
de Séquence d'Hälsinge. Cette séquence fut obtenue en enlevant toutes les barres verticales
des runes, et en traçant les caractères entre deux lignes. On suppose que cette séquence a été
créée afin de faciliter l'écriture rapide en runes (il s'agirait donc d'une sorte de sténographie
runique).
Au 13ème siècle les runes Scandinaves sont standardisées, et si en Suède on garde le Futhark
Danois, en Norvège on voit apparaître un nouveau système : la séquence runique mixte,
constituée d'un mélange de Futhark Danois et Suédo-norrois. Vers 1200 ce système donna
naissance au système des runes pointées, constitué d'une séquence de 25 runes, dont l'ordre se
rapproche de celui de l'alphabet romain. Ce système runique fut largement répandu et servit à
rédiger le Codex Runicus Suédois, au 13ème siècle. Il fut aussi utilisé pour graver des fonds
baptismaux, la pierre tombale d'un évêque, ainsi que des piliers de cathédrales. Cet alphabet
pointé fut modifié pour donner ce que l'on appelle à tord l'alphabet gothique qui fut utilisé en
imprimerie, ainsi que pour les calendriers et les correspondances particulières jusqu'au 18ème
siècle.

Les runes servirent aussi de système de cryptage pour les militaires Scandinaves lors de
certaines guerres, telle la Guerre de Cent Ans. Enfin il semble que les druides irlandais ont
utilisé les runes pendant un temps en plus des oghams.
Au 20ème siècle commence un regain d'intérêt pour les runes. Dès 1902, Guido Von List crée
son propre système runique, appelé système Armaniste, constitué de 18 runes, suite à une
"illumination" sur les runes qu'il aurait obtenu pendant une période de "cécité". Les 18 runes
armanistes sont toutes basées sur la forme en étoile à six branches de la rune Hagalaz. Dans
les années 20 à 30 les runes sont utilisées comme sceau pour les architectes, les charpentiers
et certains artisans. Puis certaines (telles Sowilo, ou la Sauvastika) seront récupérées par les
Nazis dans le cadre de leur conception pangermanique. Cette récupération donnera aux runes
une mauvaise réputation qui freinera après-guerre de nouvelles recherches afin de rétablir la tradition runique. Ce renouveau ne viendra que dans les années 60, mais il est alors axé
principalement sur le coté divinatoire des runes. Il aura néanmoins l'avantage de travailler
enfin sur l'Ancien Futhark, et de délaisser le système armaniste, ce qui amènera enfin les
runistes à s'intéresser au système qui est à l'origine de la tradition runique magique.

Utilisations des Runes :
Comme dit plus haut les runes étaient utilisées au départ uniquement à des fins ésotériques.
Pour cela les runes étaient utilisées soit comme outil de divination, soit comme amulettes, soit
utilisées dans des rituels sous forme de symboles tracés au sol, soient enfin utilisées comme
alphabet ésotérique par les druides et les chamans pour coucher par écrit des rituels ou
d'autres écrits magiques.
En tant qu'outil de divination, les runes sont utilisées comme les tarots ou les oracles: on les
tire comme des cartes et leur interprétation dépend des autres runes tirées. Pour chaque rune je
donnerai le sens qu'elle a en divination. Le sens que je donnerai sera un sens général mais les
runes peuvent avoir de multiples sens que vous devrez découvrir par vous même car ces sens
cachés sont propres à chaque personne qui tire les runes.
En tant qu'amulette les runes sont gravées sur des galets ou des pièces de métal seules ou
groupées pour renforcer leur pouvoir, mais le mieux est de les graver sur du vivant (c'est à
dire du bois). Pour savoir quelle rune utiliser selon les cas je vous donnerai les lois d'analogie
de chaque rune sur plusieurs plans. Vous pouvez renforcer le pouvoir de votre amulette en la
confectionnant par exemple sur une pierre en analogie avec la rune utilisée (si vous n'en
utilisez qu'une) ou avec la rune majeure (si vous en utilisez plusieurs). Si vous utilisez
plusieurs runes il faut en choisir une majeure qui sera la plus grande et les autres seront
gravées en plus petite taille en bas à droite de la rune majeure.
Pour l'utilisation dans les rituels je ne dévoilerai rien dans ce grimoire car les rituels runiques
ne sont donc pas à mettre entre toutes les mains.


Sources Bibliographiques
"Dialogue avec les Runes, manuel initiatique". Éric Panichi.
"Runes et Magie" Nigel Pennick
"Magie du Nord" Nigel Pennick
"Les secrets des Runes et autres alphabets anciens" Nigel Pennick
"Futhark" Edred Thorsson
"Runelore" Edred Thorsson
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:36 (2016)    Sujet du message: Les Runes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> La Page de Garde -> Préface -> L'Univers magique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com