Mon Grimoire Index du Forum
 
 
 
Mon Grimoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'élévation Druidique des trois Cercles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> Le Livre des Ombres -> Magies Naturelles -> Druidisme et Chamanisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Veigsidhe Karvgwenn
Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2016
Messages: 115
Localisation: Bretagne
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 21:29 (2017)    Sujet du message: L'élévation Druidique des trois Cercles Répondre en citant

L'élévation Druidique des trois Cercles :

Après l'initiation Druidique a proprement parler, le Druide suis au sein de son cheminement une voie qui va le mener a la rencontre des trois cercles. L'épreuve ultime qui va faire de lui un Druide au yeux des Dieux ou non, il va éprouver ses peurs, contempler ses anciennes blessures et les traits de caractère de sa personnalités profonde, sa part de lumière, sa part d'ombre et être mit a l'épreuve, des illusions de l'ego ou de ses fantasmes a propos de sa personne, (ou de la personne qu'il pense être) bien sur a l'instar de Gwiddon, ou Dubicattos est ses amis ils pourra quand même être Druide dans un groupe (sur le plan matériel), mais il ne franchira pas le cercle de la matière (abred).
Excusez moi d'avance, je vais un peut râlé (mais faut bien que je parle un peut des autres Druides avec lesquels j'ai eu "conflit" de ce côté, ceux qui souhaitent niveler le Druidisme vers le bas), pour mieux comprendre ce dont je vous parle.

Les trois Cercles sont un tracé symbolique, qui est une sorte de cartographie de la Sagesse Ancestrale Celtique des Anciens Druides.
Le premier cercle, le plus grand, est à l'extérieur et s'appelle Abred. Il signifie et matérialise le monde visible de la matière.
Le deuxième cercle, à l'intérieur, s'appelle Keugant, il personnalise le Monde invisible. Les Mondes spirituels des Dieux et des Esprits.
Le troisième cercle, le plus dur a attendre est au centre des deux précédents, se nomme Gwenved, ce qui signifie le Monde Blanc.
(Il y a différentes représentation de ses trois cercles, celle là est la plus utilisé, j'en ai trouver une autre plus parlante 'que j'aime mieux' que j'ai poster en bas du sujet en illustration).

Les trois Cercles de l'élévation chez le Druide de l'ancien chemin Druidique résument la Sagesse traditionnelle occidentale, avec simplicité et précision. Ils sont comme un tracé régulateur qui invite l'initié au travail intérieur et a l'action extérieure (sur plusieurs années) afin de devenir Druide au regard des mondes subtiles des Dieux.
Les trois Cercles ne sont pas des degrés hiérarchiques (erreur de traduction chez les Druides des Ordres) mais simplement des plans différents d'une même réalité.
Le premier n'a pas plus d'importance que le dernier, tout est dans le tout, seul le chemin pour y parvenir a de l'importance.
Ils sont simplement un mode d'emploi qui permet a l'initier de ne pas rester bloquer au stade de Abred et donc de stagner au grade d'apprenti toute sa vie.
Pour l'élévation de apprentie au stade de Druide officiel il faut être reconnue par les Divinités dans les mondes spirituels,
et pour ça les trois cercles sont un manuel cohérent et compréhensible pour cheminer dans la druidité.

L'univers est tellement complexe qu'il nécessite de le percevoir à travers une attitude inspirée par la simplicité.
Il est aussi accessible a celui qui souhaite comprendre la sagesse des Dieux et les lois de l'univers, depuis notre niveau existentiel humain, forcément limité par la condition humaine.
Mais il devient simple et évident pour celui qui pénètre ses secrets pas l'intuition et le ressenti. 

Les trois monde spirituels (le monde d'en haut, celui du milieu, et le monde d'en bas) ne peuvent se percevoir que dans une globalité ponctuel. On ne peux y aller de façon permanente, quand on est au stade de ceux qui on le potentiel pour passer du cercle d'Abred a celui de Keugant (de la matière ou monde spirituel) par la pratique du Voyage Astral. (ou migration de l'âme). 
Ensuite les cercles de Abred, Keugant et Gwenved fond partie les uns des autres, nous devons avoir la capacité de les voir dans cette globalité originelle. Car la fragmentation des connaissances contenue dans ces niveaux d'expérience d'état d'être (ou de vécu) nous empêcherait d'accéder à la compréhension globale des enseignements Druidiques.
Cette simple évidence nous renvoie à nos limites et c'est pourquoi les Anciens Druides nous ont donné avec les trois Cercles de l'élévation une approche de l'unité primordiale.
Ils nous est donc obligatoire pour être et demeurer de véritable Druide (et pas de ce contenter de faire de la réconstitution historique ou du cinémas) de faire ce travail nécessaire sur nous même, pour justement dépasser le cercle d'Abred et aller de l'avant pour ne pas rester bloquer au stade de l'apprentie toute notre vie, comme s'en contente nombre de Druides. Pour ce faire nous devons entrer totalement dans l'enseignement des trois cercles de Abred-Keugant-Gwenved.

Il est nécessaire au postulant Druide d'abandonner « les Pourquoi et les Comment », et de fusionner sans réserve avec l'esprit de la sagesse, les forces de la nature et de faire liens (certain dissent : « être un canal ») avec les Dieux et les Ancêtres. Sans ce travail, ce potentiel réaliser vous ne pouvez pas être réellement Druide. Ou alors juste un pâle imitation, et le plus souvent qui ressemblera a une copie de Prêtre « Chrétien ». Rester et pratiquer uniquement dans la matière, limite et détruit tout potentiels Druidiques. Et tous commence de là en réalité, on ne devient Filidh (Barde) ou Faith (Ovate) qu'après car c'est en découvrant sont propre potentiel chez les Dieux qu'on ramène le savoir appris chez eux depuis le monde spirituel vers le monde matériel. Ce qui est de toute façon plus logique quand on étudie les Anciens Grades Druidiques. Les Druides « New-ageux » (pour reprendre leur terme, je veux dire ceux des ordres) on toute inverser.
Donc il est nécessaire pour saisir les substances cacher dans les trois cercles, d'y adhérer totalement en imaginant que c'est la seul vérité qui soit (non pas que ce soit réellement la seule) mais sa aide de ce dire ça, car le travail qui suit est vraiment très dur, car pour pouvoir, faire face a nos peurs, a nos fantasmes, a nos illusions, a l'ego dans lesquels nombre de Druides ce perdent. Il nous faut avoir la force de pouvoir faire la synthèse des leçons de notre vie et des chose vécu dans l'apprentissage, l'étude, l'initiation, le travail sur soit et l'élévation au Druidisme. 
En faite devenir pleinement Druide (en réalité et non en fiction théâtral pour faire la blague), il faut avoir assez confiance en soit et avoir assez de force en soit et de courage pour pouvoir avec l'aide des Dieux, retrouver pleinement et durablement sa souveraineté. C'est un impérieux devoir, qui doit être accomplie avec la sagesse extérieur, mais aussi et surtout notre sagesse intérieure. Être aimée et pénétrée pas les expériences vécus en Abred et en Keugant (dans le monde matériel dans votre vie au côté des hommes et dans les mondes des Dieux a leurs côté).
C'est ça être Druide. Je vais vous expliquer comment travailler procéder avec les trois cercles.
Mais la chose la plus importante a comprendre c'est que le Druide doit avant tout développer sa capacité a se fondre dans la Sagesse extérieure, pour retrouver une Sagesse intuitive et innée, qui nous est demandée par nos Dieux.


Abred :

Le monde visible et matériel, la force et la couleur rouge dans ce travail Druidique là, dans d'autre circonstance c'est le bleu qui est associer a Abred.
Ce premier Cercle de l'élévation Druidique représente le Monde Visible, Tangible et Matériel.
Le rouge d'Abred est la lave du volcan, cette énergie puissante qui nous pénètre et nous nourrit. Nous sommes comme des petits enfants qui s'abreuvent aux seins de la Mère-Terre. Cette mère nourricière des Druides a plusieurs noms, Gaïa, Dana, Nerthus, Maïa, Patchamama... 
Elle est vénérée, honorée et respectée car elle nous a donné la vie. Elle nous porte et nous nourrit, tout au long de notre expérience Terrestre.

Le Cercle Druidique d'Abred et celui ou on apprend a faire, a pratiquer des rituels, a célébrer des fêtes et des événements « Druidique » a étudier de manière didactique. Nombres de Druide se contente de travailler sur ce cercle et laisse de côté les suivants que sont : « Keugant » et « Gwenved ». 

Le Sage insiste sur cette vérité car le jeune initié du premier cercle s'il souhaite accéder au autre cercle et devenir « vraiment » Druide ne doit s'intéresser qu'au Monde visible afin de maîtriser la matière. Ce Monde va lui renvoyer tel un miroir tout ce qui sera nécessaire pour faire son travail sur lui. (encore faut il qu'il le veille et en soit capable). Ses émotions, ses blessures, ses failles seront un véritable chantier qu'il devra entreprendre afin de pouvoir créer les fondations de la réalisation de sa vie. Beaucoup de Druides ce contentent de rester bloquer au cercle d'Abred, et ce reconnaissent « Druides » entre eux, sans chercher plus loin et sans travailler sur eux même, par peurs de découvrir qui ils sont ou par lâcheté pour ne pas faire face a leurs failles, ou simplement parce que au fond d'eux même ils savent qui ils sont et n'ont pas la force d'affronter les Dieux dans le cercle de Keugant. C'est plus simple de faire semblant de ne pas voir ou comprendre et de fermer les yeux sur ce qui devrait être fait. Ils choisissent le chemin de la facilité. 
Mais au final comme l'ont dits, Kerridwen, Morrigù, Odin et Lugh, on ce retrouve avec des Druides qui ne le sont pas vraiment. Freya ma dit aussi qu'elle était touchée des rituels que je lui fait, et que j'allais lui manquer. (je part en Bretagne dans quelques jours et je n'irais plus la voir en V.A, avec la fatigue) elle ma dit qu'elle aura moins de visite. Parce que nombre de Druides (elle ma parler de l'Amérique et de l'Islande) lui font un culte ou des rituels mais qu'ils fond ça pour eux et non pour elle, et ne viennent pas pour lui parler a Valhalla, comme ils sont toujours bloquer dans la matière, ils n'ont pas développer leurs capacité de Druide, alors ils restent bloquer en Abred, ce sont des apprentis « éternels ».

Les Druides « apprentis éternels » :
Ce sont les Druides qui en fait ne le sont pas vraiment, parce qu'ils n'arrivent pas a dépasser le cercle d'Abred.
J'en ai rencontrer beaucoup des Druides qui étaient (et sont probablement toujours) des apprentis éternels.
Je pense a Dubicattos et a son ami Auetos (j'en ai eu la preuve de leur part) et au Druide Gwiddon. 
Certains oublie que le Druidisme n'est pas qu'une simple représentation dans le monde matériel d'Abred, ça n'est pas un cursus ou une suite de stages. Le cheminement druidique est une Quête intérieure qui prend plusieurs années, voire toute une vie. S'engager dans le Druidisme c'est s'engager dans cette Quête, de la mener de la façon la plus consciencieuse et persévérante qui soit; devenir Druide n'est pas un but en soi. C'est le travail sur soit et le chemin qui importe le plus, et ce qu'on peut apporter a nos Divinités (en échange de leur aide et de leur amour).
Être Druide, c'est s'inscrire dans une Tradition. S'inscrire dans une Tradition c'est recevoir ce qui s'est transmis pour pouvoir être capable un jour de transmettre à son tour, et être capable d'accompagner les autres spirituellement. 
Être Druide, c'est avoir reçu les initiations requises pour pouvoir ensuite être initiateur, et pourquoi pas fonder un groupe, mais on ne peut faire tout ça si on est encore perturber par notre passé, si on n'a pas fait le travaille nécessaire sur soit pour avancer. Ou alors on fait semblant d'être Druide, c'est du théâtre dans ce cas.

je sais par exemple que dans le groupe de Dubicattos les Druides sont contre la Philosophie Druidique, ce que je trouve étrange, mais que a la limite je peux comprendre. (c'est un points de vu, qui est le leur, et la philosophie Druidique est complexe aussi c'est vrais, certains n'aiment pas perdre du temps pour l'apprendre). 
Mais mon objectif au final n'est pas de tirer à boulet rouge sur tel ou tel.. ils fond bien ce qui leur chantent après tout en tant que Celtisant. Et si ils se sentent bien en tant que « apprentis éternels » si ça ne les dérange pas après tout, ça ne me gène pas non plus, par contre les Dieux eux m'ont dit qu'ils avaient moins de Druides pour travailler avec eux et les aider dans ce qu'ils fond.
Le Druidisme tel que je le conçois, est une chemin de réflexion et d'action, dans le respect de certains principes : le vrai, le juste, l'amour, l'humanisme et la liberté. 
Pour moi ce qui importe avant tout dans le Druidisme c'est d'être authentique et sincère. Et la seule façon d'y parvenir est d'être ce que l'on paraît et paraître ce que l'on est. 
Et la seule façon d'y parvenir c'est d'apprendre à discriminer entre ce que nous souhaitons être et ce que nous sommes vraiment. 
Ce qui n'est rien d'autre qu'une reformulation du fameux "Connais-toi toi-même!" ou encore de " Soit et montre ce que tu es dans tes actes!" 

Le Monde visible d'Abred est implacable et sans concession. Ce qui n'est pas guéri s'imposera dans notre quotidien. Les blessures de notre enfance, les empreintes générationnelles, les réflexes émotionnels dus à nos mémoires cellulaires (qui contiennent l'histoire des humains et plus particulièrement l'histoire de notre âme), nous sauteront à la gorge comme des prédateurs impitoyables.
Il n'y a donc une nécessité de travailler sur nos sous-personnalités dominantes et parfois cachées (l'ombre et la lumière).
Dans cette œuvre, aucun répit ne nous sera donné, jusqu'à notre dernier souffle. 
Les Sages insistent sur l'impérieuse nécessité d'aller creuser nos peurs, nos fantasmes, nos errances. Cette mission de vie est éreintante, mais obligatoire pour qui souhaite devenir réellement Druide ou Druidesse.
Aucun répit, aucune fausse concession ne nous sont autorisés. Le postulant aura sans doute envie d'échafauder des contes et des histoires, pour justifier l'injustifiable, mais les actes de sa vie le rattraperons, les Dieux lui remettrons la vérité en face.
On peut penser que cette loi de l'expérience de l'incarnation est impitoyable, et en vouloir aux Dieux être en colère contre eux. Mais en réalité, c'est une très bonne chose, ça nous remet sur le chemin de nos vies, les Dieux et le Destin nous éduquent avec dureté et amour parfois.
Mais le Druide véritable y arrive avec maturité spirituel, et persévérance.
Pour celui qui accepte de voir son quotidien comme une leçon de vie, le Monde deviendra lumineux. Pour celui qui veut guérir en traversant l'ignorance, la guérison lui sera donnée.
Il est ainsi demandé à chaque apprenti « Druide » d'être capable d'observer sa vie et d'en tiré les leçons utiles pour avancer. Alors sans se juger, car juger c'est condamner alors que simplement observer c'est être lucide.
Ce qui est merveilleux dans le Monde de l'incarnation c'est que nous sommes toujours remis à notre juste place, peu importe le temps. 
Nous pouvons entrer dans un ego surdimensionné, il y aura toujours un événement ou un humain qui sera là pour nous le mettre dans la face. (ce qui ne va pas, ou ce qui n'a pas été régler chez nous).
On ne peut échapper à l'enseignement du premier Cercle. Il nous est demandé pour cela, tout simplement de dire « oui » à la vie et d'aimer cette dernière.
Le premier travail est sans doute de renouer avec la force vitale qui, pour beaucoup d'humain, a été anesthésiée, ayant été confrontés à des écueils rencontrés dans notre enfance ou adolescence. La trahisons, les abandons ou autres choses qui nous ont marqués au fer rouge. 

L'objectif prioritaire est dons de retrouver sa force Originelles afin de sortir victorieux des épreuves.
L'incarnation épanouie est une marche obligatoire vers l'ascension spirituelle.
La vie sur terre doit être intégrée et acceptée par l'âme.
Dans le cas contraire, elle serait éclatée, schizophrène et ne saurait où habiter et que faire.
D'ou l'importance d'être pleinement incarné et ancré dans la pratique du Druidisme.
Pour accéder a cette compréhension et vivre cette expérience, il nous faut dissoudre les blocages qui entravent nos créativités et l'affirmation de soi. Cette libération nous permettra de ne plus être prisonnier des illusions qui motivent les fuites vers les fantasmes. Cela nous permettra d'être pleinement sur terre au bon endroit, au bon moment, avec les bonne personnes.
L'expérience du premier cercle d'Abred nous incite à retrouver notre véritable nature en nous reconnectant avec la beauté de la création, on doit travailler avec les forces de la terre mère.
Retrouver notre nature avec et par la Nature.
Il est donc important d'observer nos peurs et de remonter à leur source pour ensuite les dissoudre.
Il est nécessaire de purifier son vécu pour avoir un avenir et ne pas rester en état de blocage. Pour ne pas être des « apprentis éternels ». Il faut finir sont apprentissage pour être Druide.
Chez les Anciens Celtes, l'enseignement et l'expérimentation du premier cercle durait 20 ans. A notre époque moderne avec la vie que est accélérée les expérience spirituelles d'Abred le sont aussi. Certain apprentis arrivent en quelque années seulement de travail, liberer des tensions et des liens qui semblaient pourtant insurmontables. 


Keugant :

Le monde invisible et spirituel, les mondes des Dieux et des Esprits, associer au cœur, la couleur de keugant c'est le vert.
Dans le premier Cercle d'élévation, on a pour comprendre la sagesse de la vie, considérer qu'Abred était la seule réalité qui soit. Mais d'autres réalité existe est sont elles aussi réelles et réellement utiles. Il est temps pour le cheminant et le postulant Druide de pénétrer dans le Monde invisible, afin d'obtenir un plus grande sagesse et une profonde compréhension de lui même, des Dieux, du principe de l'existence et de tout ce qui existe et du pourquoi la vie doit être vécus...
A ce stade on entre dans le vif du sujet j'ai envie de dire. Pour qui désire être Druide, c'est au moment de sont voyage en Keugant par la migration de son âme (le Voyage Astral) que les choses évolues positivement se qui infirme sa place de Druide aux sein des Dieux, ou au contraire que les choses se complique (par l'échec de ses épreuves) ou pire « qu'il ne se passe rien du tout puisse que la personne n'a pas les dons ni le potentiel pour être Druide, sur un plan spirituel », se qui infirmera le parcours, mais ni mettre pas fin pour autant, puisse qu'une personne dans ce cas la peut toujours oeuvrer dans le Druidisme, mais en faisant autre chose. 

Le Monde visible (ou matériel), même si on vous a dit qu'il était la seule réalité qui soit, n'était en fait qu'une pure illusion (la plupart du temps). Pas une illusion au sens stricte du terme, mais dans notre monde superficiel les gens cherchent toujours a tricher pour arriver a leur fin ou a vous mentir, les gens se mentent a eux même aussi le plus souvent, seule la vérité du deuxième Cercle Keugant du Monde invisible est authentique car ce qu'ont y découvre sur nous, on ne peut le feindre, et on y guérie de nos blessures pas l'affrontement des actes difficiles lier au passer le plus souvent... 
Mais pour des esprits trop « rigides» et « fermés » ce monde peut être un piège bien plus terrible que le Monde Matériel. Comme son nom l'indique, il n'y a plus aucun repère tangible.
Les cartésiens repoussent ce Monde, qui pour eux n'existe pas. 
Les matérialises ont tracé une frontière infranchissable qui les empêche de prendre en considération cette réalité. 
Ils sont comme ces théologiens du Moyen-ages qui avaient décrété que la terre était plate et que l'univers tournait autour de cette dernière. 
Aujourd'hui il y a des gens qui pensent comme ces gens là, bien que scientifique. Ils ne peuvent tout expliquer, tout savoir. Tout les ans ou toutes les décennies les vérités qu'ils affirmaient sont démenties par de nouvelles trouvailles. Il faut être prudent dans nos déclarations au sujet de ce qui et vrais ou faux. Les choses sont pas toujours comme la plupart des gens le pensent. 
Bon dans le cas des gens rigides et matérialistes, rien ne les arrête, tant leur colère est grande à l'égard du Monde spirituel, qu'ils ironisent et dénoncent tout ce qui ne correspond pas à leurs vérités. Comme ces Druides « Matérialistes » qui ce comportent en inquisiteurs. Des gens qui affirment la seule vérité émise par eux mêmes. 
Le Monde (la terre) va ainsi, les vérités contemporaines ne sont que l'expression de la conaissance actuelle. Les vérités que le Druide va découvrir dans le cercle de Keugant sont toutes autres, ce sont des vérités occultées. 

Le problème avec la rigidité des matérialistes au sujet des mondes spirituels c'est qu'ils s'enferment dedans et qu'au moment de leur mort ils vont être submerger par leurs peurs et leurs problèmes non résolues, leurs tourments intérieures vont leurs faire tellement de mal au moment de leur mort quand dans l'autre monde ils se prendrons pour du « rien » ou « du vide » puisse qu'ils auront crus toute leur vie qu'après la mort il n'y a rien et que l'on disparaît avec la perte de notre corps « physique ». Mais même les gens qui n'ont aucuns dons ou facultés spirituelles on un corps « esprit » (corps astral) et les forces de ce corps peuvent ce retourner contre eux après cette mort. De faite pour devenir du « rien ». L'esprit trop rigide et matérialiste nous « tue » une seconde fois après la mort, si il n'est pas géré ou maîtriser dans la vie, si la spiritualité est inexistante.

Au sujet de la vérité, ce qu'il faut savoir c'est que personne sur terre ne peut la détenir « totalement » mais toutefois on peut en expérimenter une partie, une parcelle de cette « vérité mystique » pour être assimiler, y compris pour les plus acharnés des matérialistes.
Il faut donc ne pas faire comme eux, il est nécessaire de les écouter et de percevoir toutefois les parcellles d'enseignement dont ils témoignent, à leur corps défendant. 
Les Sages nous incitent à pénétrer les Mondes invisibles, ceux qui contiennent les mêmes difficultés que les Mondes visibles. Une vérité bien connue affirme que le monde d'en haut est comme le monde d'en bas. « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

C'est la que commence les épreuves, ou les expériences qui si elles sont comprises et assimilés vont faire de la personne un Druide, plus qu'un apprentis « éternels » un vrais médiateurs, guériseurs, poètes-chaman (Filidh ou Dulr), voyant (Faith) messager et intermédiaire entre les hommes et les Divinités ou les Ancêtres.
Le Monde invisible est piègé et peut être parfois bien plus dangereux que le Monde visible, voici la parole du Druide initier par les Dieux. Car quand on voyage dans ces autres réalités, plus personne ne peut vous faire revenir à des Sagesse plus centrées, c'est a nous de trouver l'équilibre entre notre vie dans le monde visible chez les Hommes et celle dans le monde invisible chez les Dieux.

Les Postulants Druides peuvent aisément s'égarer sur les chemins des illusions. Ou perdre face aux épreuves imposer par leur destin. 
Mais nos Divinités guides quand on arrive a surmonter les épreuves et a assimilé les choses que l'on vis dans le bonne ordre, nous remettent a notre place avec tacte et bon sens si nous sommes dans un ego spirituel trop transgressif. Bon dans le Monde invisible il nous faut quand même avoir de l'ego mais mesurer, parce que c'est l'ego qui nous permet d'exister, d'être et de faire, c'est l'expression de la confiance en nos capacités. Mais la l'ego dons je parle et en équilibre avec l'humilité nécessaire au développement d'une spiritualité forte et juste.
De plus il faut savoir que dans le Monde invisible vous êtes souvent ballottés par des vérités plus ou moins hautes, on doit trouver en nous même l'équilibre pour retrouver l'ordre et le raisonnable. Et seulement alors on peut intégrer les choses que l'on vis et les informations que les Dieux partagent avec nous. Avoir a l'esprit que nous sommes des être sensibles et que les vérités du Monde invisible dans nos visites chez les Dieux passent à travers nous mais que nous les intégrons que très partiellement du fait de nos limites « humaines ».

Apprendre, découvrir et mettre en résonance ce que l'on a appris chez les Dieux. Ce qu'ils ont voulus partager avec nous, et en échange de notre côté on les soutiens et on les aime.

Avec leur aide on met en place des protections qu'ils nous transmettent. Les Divinités guides nous aide mais aussi nous accompagnent dans les différents niveaux que l'on atteint avec eux dans la pratique des voyages astraux.
Si on n'a pas atteint les bons niveaux de savoir faire et de connaissance avec eux ou alors si on n'a pas réussi a dépassé notre ancienne condition, ou pas surmonter nos épreuves, alors on prend le risque au bout de quelque mois ou années de pratiques de devenir atteints physiquement, psychologiquement et énergétiquement.
Les gens qui préfèrent fuir plutôt que d'affronter leur « mal » (les épreuves lier a leur vécus, et a leurs blocages), chercherons des excuses pour fuir, pour ne pas faire ce qui devrait être fait et entrepris (parce que c'est trops dur pour eux) prendrons le risque de ne plus faire la différence entre le bien et le mal. Ou comme me la dit Morrigù entre l'ordre et le chaos. Ils ne ferrons plus la différence entre ce qui maintient l'équilibre et ce qui crée des déséquilibres. On ce doit de bien comprendre ce que nous dissent et nous montre les Dieux, si on veux dissoudre ce qui crée de la souffrance et des déséquilibres dans nos vies. Faute de connaître son mal on en ajoute un nouveau... Et encore un autre et un autre et un autre... C'est une chaine sans début ni fin...
Ne pas oublier aussi qu'on vis dans une drôle d'époque ou il y a des gens qui ne se lient avec autrui qu'afin de pouvoir lui faire impunément tout le mal possible.
Le Druide si il souhait avoir un rôle pour les Dieux doit ce montrer lucide sur les notions de bien et de mal. Car c'est la base de la vie.
Pour ses voyages dans les mondes Spirituels, il doit pouvoir se protéger et demander de l'aide a ses alliers. (les Dieux auxiliaires et protecteurs).
Sans de solide protections et de solides enseignements de la part des Dieux et des Esprits, doublé a une étude de la traditions des savoir anciens celtiques et des autres culture par l'étude dans le monde tangible (abred). Donc une étude a la fois extatique chez les Dieux et didactique chez les hommes, on ne pourra pas atteindre le niveaux de compétence qu'il nous faut. 

La première des protections et bien entendu de ne jamais voyager dans les Mondes invisibles sans invoquer et honorer nos guides, ou faire un rituel de protection. Ce que je fais aussi quand je fais une V.A hors rituel, c'est d'aller voir une de mes Divinités protectrices et de faire le travail dons j'ai besoin ou de parler a la divinité dons j'ai besoin accompagner de Dieux (une escorte). Et en Astral je suis aussi assez fort pour me défendre seul, mais c'est une sécurité logique, ne pas aller seul dans un térritoire du monde d'en bas, c'est juste du bon sens, c'est comme si dans le Monde visible on devait aller dans un lieux malfamé, c'est mieux d'être accompagné.


Ne pas oublier que le Druide reconnu par les Dieux et les Esprits du Monde invisible est aux niveaux de ses pratiques dans ses rituels dans le Monde visible d'Abred le réceptacle de ses Divinités protectrices et guides, qui au niveaux énergétique oeuvrent à travers lui. 
De même quand il est va chez eux, (comme je le fais a Asgard pour Odin ou Freya, dans le monde d'en bas pour Morrigù ou Macha ou a Tara sur Tir-Na-nOg pour Lugh ou Dagda), pour oeuvrer avec eux et leur poser des questions, délivrer des messages, pour lui même ou des personnes qui n'ont pas les dons pour le faire. C'est cette fonction intermédiaire qui découle d'une par de sont sacerdoce, mais aussi des pouvoirs et des savoirs qui lui on été transmis pas ses divinités enseignants. 
Une des fonction du Druide et aussi d'intervenir quand il y a un déséquilibre alors soit chez les Dieux, par exemple j'aide souvent Thor et Lugh a maintenir l'équilibre, qui passe par des combats contre les entités négatives dans le monde d'en haut (les Bergrisar, les Thursar, les Fomoires... Peut importe le nom qu'on leur donne) et dans le monde d'en bas avec Morrigù, Macha, Nemain ou Hel c'est avec les Morts en état de Cytraul. 
Cette équilibre dans le Monde visible d'abred passe par une fonction de protection des personnes ou des lieux qui semblent envahie, submergé par les énergies lourdes.
Le Druide comme le Chaman dans une autre tradition, doit pouvoir absorber les énergies lourdes en questions et les dissoudre, soit de l'extérieur, soit en pénétrant par la puissance psychique à l'intérieur du corps physique de son patient. Cette méthode Ancestral ne peut s'appliquer qu'après de nombreuses pratiques guides par les Divinités auxiliaires et enseignantes, et après une longue période d'étude et d'apprentissage, du savoir traditionnel et de l'interaction avec les forces du Monde Invisible.
Un autre danger peut venir au cours de cette apprentissage, celui de l'ego (encore une fois). La personne ce qui pratique peut ce rendre compte de l'étendu de sont pouvoir et au lieu d'en avoir peur, car la peur de mal faire ou de mal agir pousse a l'humilité et au respect des forces qui nous dépassent. L'ego peut devenir trop envahissant, bien que comme je vous en ai parler on doit avoir de l'ego dans la pratique, mais limité, c'est a dire que l'ego doit juste nous apporter ce qu'il nous faut de confiance en nous pour pratiquer, ne pas en être submergé. L'équilibre voilà la cléf.
Parce qu'une personne dominé par son ego peut être détruit par lui et tout ce qui fait le Druide aussi. Du coup on ce trouve avec des Charlatans... Oui des farfelus qui fond n'importe quoi et qui peuvent être destructeurs pour les personnes en souffrances qui les consultent. Et ils sont destructeurs pour eux même aussi...

La chose la plus importante a savoir pour le Druide, c'est que pour pratiquer correctement et être utile a lui même, au gens qui l'entour et aux Dieux, il doit avant tout apprendre a passer par la porte de son cœur. Le cœur est l'Arc de triomphe royal qui permet d'accéder aux Mondes des Dieux, sans se faire dévorer par les entités négatives qui y résident parfois.
Ces quelque indications permettrons aux futurs Druides d'entrer avec justesse dans les Mondes des Dieux et en contacte avec les forces subtils dans la Nature en Abred.
Il en est de même pour le Faith, appeler Devin dans les campagnes ou Ovates dans les Ordres Druidiques, dans la pratique divinatoire Celtique il doit aussi suivre un long apprentissage. 
Une chose importante a savoir c'est qu'au final on na jamais rien sans rien en contrepartie. 
Les élèves rencontrent toujours les difficultés et les pièges de leur inconscient. L'ego invisible en mal de reconnaissance peut interférer à tout instant pour brouillé la pureté du Druide.
Si ce n'est pas déjà le cas par l'appartenance de ce dernier a une groupe Druidique sectaire.

Il nous faut toujours savoir que les Dieux nous testent pour connaître notre valeur et pour savoir qui nous sommes, ce que nous avons a leur apporter, oui le fait de rendre un culte a un Dieu sans jamais avoir de lien avec lui ne vous donne pas des droits sur lui, ni n'assure votre place après la mort a ses côté, a Tir-Na-nOg ou a Asgard. 
Mettez vous deux minutes a leur place ? Si une personne au cœur mauvais vous fait un cadeau, et que vous savez que cette personne est malsaine.
L'inviteriez vous chez vous ??? Surtout que l'éternité après la Mort bien c'est long. … 
Ils sont comme nous ils n'accordent leur confiance qu'a ceux qui la méritent. Quand a ceux qui ne la méritent pas … Ce n'est pas la peine de calquer le rapport aux Dieux sur le modèle Chrétien. Si ils veulent un Dieu qui les acceptent automatiquement par le simple fait de lui rendre un culte qu'ils aillent a l'Eglise... Parce que a tors ou a raison les Anciens Dieux sont différents du Dieu Unique de ce côté là. (il me semble au regarde de mon vécus avec eux).

Les Mondes invisibles sont minés d'une multitude de pièges et nécessitent une grande expérience liée à la pratique et à l'expérience. Les Divinités guides nous testeront en permanence et c'est a l'homme, initier par eux, élus par eux de trouver dans son cœur et son âmes assez de force pour surmonter tout ça et éviter de chuter trop gravement dans les crevasses de l'ignorance et de l'orgeil spirituel.

Une fois les Mondes visible et Invisibles compris et assimiler par l'initier des Dieux et une longue expérience dans ces Mondes, l'initié peut enfin aspirer à entrer dans le sacerdoce Druidique, le troisième Cercle de l'élévation Druidique le Monde blanc, appeler en celtique, Fionn ou Gwenved.
Le Druide obtiendra et conservera durablement son lien sacré avec le Clan, les Ancêtres et les esprits de l'autre Monde.
Le Druide a un rôle d'équilibrant par le biais de ses rituels, des cultes qu'il offre a ses Dieux et Déesses, par l'observations des pouvoirs sacrés du Mondes de la Nature avec lesquels il s'accorde et ses actions dans les Mondes d'Abred et de Keugant (visible et invisible).

La grande sagesse de Keugant c'est que grâce aux travaux effectuer dans ce Cercle, ce que nous avons été, nous le sommes "toujours" et nous devenons ce que nous serons. Le Druide ce doit de comprendre que le passé n'est pas un fardeau, c'est simplement l'échafaudage qui nous a amenés jusqu'a aujourd'hui.
Nous sommes libres d'être ce que nous sommes, de créer notre propre vie a partir de notre passé et de notre présent. La guérison nous apporte la lucidité nécessaire pour être Druide.
Ne pas oublier que le "Vrais Druidisme" ce n'est pas la connaissance apprise par coeur des Mythes Celtes ou des Langues Celtes (c'est une petite partie ça), si un Druide vous explique que c'est ça c'est qu'il ne les pas c'est juste un Celtisant de plus. 
Le Druidisme en réalité c'est la connaissance des forces dans l'univers.
La spiritualité des Druides n’est pas une abstraction, et elle permet si on l’approfondit de retrouver la mémoire des choses, pour la bonne raison que l’âme existe réellement. L’âme des Druides existe donc toujours dans le présent qui constitue le monde interne de l’univers.

Le seul moyen d’avancer objectivement dans cette profondeur est de voyager en soi même jusqu’à retrouver une certaine fusion avec notre âme intemporelle ou Esprit en soi. Cet Esprit est éternel, intemporel, et en contact avec l’Esprit de tout.

C’est le sens de la maxime platonicienne « apprendre c’est se souvenir ». Selon certains auteurs antiques, Pythagore serait venu étudié le Druidisme en Gaule. Néanmoins, le véritable druidisme est plus ancien et il faut remonter au néolithique pour retrouver la véritable conscience de la nature, Animiste/Chamanique qui est la source de toutes les traditions Spirituelles Authentiques. 


Gwenved :

Le Monde Blanc, le monde de la conscience, associer aux couleurs du Blanc et de l'Or.
C'est le niveau sacerdotal du Druide « véritable » celui qui a fait tout le travail sur lui et avec les Dieux en Abred puis en Keugant, avant d'en arriver là, c'est un état de conscience pur que peut de Druide ont véritablement, c'est que pour en arrivé la payer une cotisation dans un groupe de reconstit' historique ne servira a rien, on ne peut duper les Dieux comme, ont ce dupe soit même ou comme on dupe les autres membres de la Clairière ou du Credimaroi. La cotisation bien que dument payé ne donne aucune sagesse, sans faire le vrais travail de la quête initiatique du Druide, pour en arrivé là. 
Cet état de Gwenved ne peut être réellement attent que par des pratiques spirituelles qui mènent à un état où on se sent tout lumineux et capable de soulever le monde. Gwenved c'est aussi le chemin de la Sagesse, la sagesse en fait ce sont des données qui fournissent des réponses aux questions fondamentales. Mais pas n'importe qu'elles réponses. Et pas a n'importe qui. Il est un vérité que beaucoup de gens ignorent c'est que le matériel a outrance est contreproductif, en vérité les Dieux n'accordent leurs faveurs qu'aux gens qui on souffert dans leur vie. Qu'aux gens qui on été mit a l'épreuve par cette vie dure en question... 
Ils ce moquent totalement de ceux qui sont issue d'une grande famille riche et de ceux qui on un statue élevé par droit de naissance. Ou alors des Druides reconnue officiellement de l'Ordre de la courgette farcie ou autre bêtises du style...
Car oui les initiations Druidiques de centre commerciale n'apporte rien aux Dieux...
Le Druidisme Leader Price non plus … (je suis désolé je suis dur dans ce sujet, mais j'écrit ça pour ceux qui cherchent a avancer réellement.)

Comme je l'ai déjà dit dans un de mes sujets Le truc a toujours avoir quand même en tête dans le Druidisme c'est que dans les pratiques des V.A et du Druidisme en Solitaire avec l'initiation fait par nos Dieux et toute les activités qu'on a pas la suite avec eux, 
Et bien on est quand même un peut séparés du reste de la communauté Druidique par l'intensité de nos propres expériences religieuses qui les dépassent totalement. En fait la plupart des Druides igniorent ce qu'est le Druidisme. Ils fond quelque chose de plus proche de la Franc-Maçonneries ou d'une réconstite'historique. C'est du Théâtre en somme. On peut voir ça comme une représentation artistique, mais qui a quand même une importance culturel, car ça permet d'une part de parler des Druides et d'autre part de préservé les Mythes Celtes et les Langues Celtiques.

Le plus important c'est être capable de ne pas faire souffrir les gens autours de soit. Voila ce qui devrait être la priorité dans le Druidisme. 

Les réponses obtenue par le Druide dans son travail en traversant les cercles de Abred, de Keugant et de Gwenved lui permette d'accéder peu à peu à la sérénité. La validité d'une réponse spirituelle est fonction directe des progrès et des perfectionnements qu'elle permet. Parfois aussi on a des information de la part des Dieux ou d'autres Esprits comme les Valkyries ou les Esprits de la Natures et qu'on peut ensuite aller vérifier dans certains Mythes ou récits Historiques, mais ce n'est pas le plus important. Au final toute sagesse ce doit d'être pratique, et rendu vivante par l'éxpérience, sinon ce n'est que de l'information ou au pire un vain bavardage inepte.
C'est triste comme constat. c'est vrais que les Druides sont le plus souvent motivés par une "quête" uniquement de reconnaissance, quand ils devraient être a la recherche de sagesse et de paix.  

En réalité une quête de Sagesse est la recherche de réponses efficaces auprès d'ainés et de guide spirituels. (Humain « éventuellement pour les ainés » ou non humain = « des Dieux ou des Guides »).
La Sagesse des Guides spirituels et des ainés est comme un arbre précieux qui donne des fruits de valeurs. Le plus important avec la Sagesse Druidique c'est de travailler avec pour la comprendre, de la mettre en pratique dans nos vies et dans notre pratique du Druidisme et ensuite un jour l'heure venue, pouvoir la transmettre.

La Sagesse nous invite a faire la plein expérience du savoir, car on quitte le monde des simple croyance en quelque chose ou en un Dieu. Par exemple dans le cas d'Odin, de Thor ou de Kernunnos, je leur ai parler, je sais donc qu'ils existent, ce n'est plus de la simple croyance, j'en avais parler sur le web anglophone avec une Volvä d'Afrique du Sud. Quand nos pratiquent Nordiques dépasse le Simple « Asatrù » (croyance en les Ases). Quand tu entretient une relation avec Thor par exemple que tu va le retrouver en Astral tout les jours et que tu lui parle, que tu est proche de lui comme si il s'agissait d'un voisin, d'un ami ou de la famille, c'est plus fort qu'une simple croyance. Le voir c'est croire des Matérialiste ne s'applique plus du toute au bout d'un certain stade de pratique.
Il nous est donc nécessaire d'expérimenter uniquement nos pratiques et expériences religieuses avec les Dieux et les forces de cette Nature si chère au Druide que nous sommes devenus.
Ne pas projeter d'exellence sur aucun des deux Mondes que nous avons traverser avant d'arriver au stade de Gwenved. Le monde visible et aussi important que le monde invisible. Chaque personnes que vous avez rencontrer dans votre vie a de l'importance, que ce soit l'oppresseur tyrannique que avec lequel vous vous êtes prit la tête, les gens cruels affronter on toujours une enseignement a nous délivrer. (du moins sur eux, sur nous même et sur la nature du mal et du bien). 
Voir les choses ainsi va vous aider a en comprendre plus que ceux qui sont toujours bloquer au niveaux d'Abred (les Druides Apprentis éternel). 
L'enseignement des deux Cercles d'Abred et de Keugant nous appelle à vivre chaque expérience avec détachement, à être plus que nous même, a faire partie du tout, (apprendre a être une des feuilles d'Yggdrasill ma dit Odin). Nous devons vivre ces expérience avec détachement, et être dans la contemplation de ce qui est, que ce soit dans le Monde visible avec les hommes ou dans le Monde invisible avec les Dieux, les Esprits et les Ancêtres. Comprendre qu'Abred et Keugant ne sont finalement que les deux face d'une même chose « l'existence ».
Cette merveilleuse Sagesse nous incite à explorer les Mondes connus en y avançant avec respect et sans se perdre a chaque réalité traversée.
Le temps nous apporte l'expérience dans la pratique et le rayonnement de la lumière blanche du Gwenved...

Le Druide véritable marche entre les mondes, il médite et entre dans des états éléver de conscience que peut de gens connaissent, il est dans une extase o^il fusionne avec chaque Monde vibratoire physique ou subtil. Cet êtat est une expérience extatique unique cas sans aucune vision mentale, sans aucune illusion, mais plutôt en un état de fusion avec le Monde de Gwenved.
Cet état est appelé en Inde « être dans le Soi ».
Gwenved est finalement je le rappel encore une fois le niveau spirituel du sacerdoce Druidique dans lequel devraint ce trouver chaque Druides.

Voici quelque conseils pour y parvenir :

Pourvoir trouver l'harmonie avec soi-même : 
« Connais-toi toi même , et deviens ce que tu es ! »dit le Sage. 
L’homme, sous l’influence du milieu qu’il fréquente, peut-être amené à engoncer son tempérament dans une apparence qui lui sied mal; il ne se sent pas à l'aise dans sa peau et ne peut vivre heureux : il risque alors des difficultés psychologiques, lesquelles finiront elles-mêmes par susciter la maladie. 
Si l’être humain ne peut s’harmoniser, se mettre en conformité avec la réalité profonde de ce qui l’entoure, notamment avec la Nature, il déclinera rapidement. 
C’est pourquoi le Druide doit être lui-même, en toutes circonstances, réellement détendu et à l’écoute de la vie, pour profiter pleinement de la force que lui propose Nature. Aussi est-il recommandé de se dépouiller de tout ce qui n’est pas vraiment le fonds naturel, de retrouver le tempérament réel et de ne plus agir qu'en fonction de ce dernier : le Bonheur et le Santé sont enfants de l’Équilibre mental, l’Équilibre mental est enfant de l’Harmonie avec soi-même, l’Harmonie avec soi-même est enfant de la Connaissance de soi. Dans un premier stade, cette Connaissance de soi désaliène l’adepte psychologiquement. 
La libération profonde qui en résulte l’amène ensuite dans un second stade à rejeter progressivement tous les asservissements, lui apporte force et indépendance. 
Les sacerdoces des Druides, constituaient un ordre mystique, et étaient formés pendant vingt ans à la mémorisation, l'art oratoire, la législation, la métaphysique, la liturgie, la magie; la méditation, la médecine, et toutes les sciences. 
La spiritualité de ces Celtes était profonde et leur religiosité fervente.. Encore très proches du fonds commun, leur mentalité et leurs croyances se trouvaient ainsi très semblables à celles des autres ethnies aryennes, au védisme notamment. C'est pourquoi il a parfois été dit que le monde aryen avait deux sentinelles, placées l'une à l'est : « le Védisme » et l'autre à l'ouest : « le Druidisme ».

Le Druide refuse de favoriser l’esprit en délaissant ou en brimant le corps ; il repoussera également toute domination du corps aux dépens de l’esprit. Dans la traversée des vastes étendues, le cheval fait bénéficier le cavalier de sa vigueur véloce, mais celui-ci en échange ménage, protège, nourrit et guide sa monture. Et cette monture qu’est le corps, et ce cavalier qu’est l’esprit, doivent être entraînés au même degré : ni macération pour le corps, ni humilité pour l'esprit, mais austère discipline et solidarité absolue régissant l’ensemble. L’inconfort est en effet une nécessité; il durcit et purifie corps et caractère : il fait l’Homme. Le confort amollit : il fait le vaincu, le malade potentiel. 
Le confort n’est pas ce que donne la nature : la fourrure de l’ours, les bras de l’homme. Le confort, avilissant, est le nid et l’œuf de la paresse; le confort, c’est d’abord tout ce qui est artificiel. Et l’artificiel, c’est tout ce qui dans l’industrie humaine dépasse les mesures, les possibilités naturelles de l’individu : ce qui ne peut être que tyrannique puisqu’il veut subjuguer (la publicité) et tend à soumettre l’homme au bon vouloir des pourvoyeurs de ce débilitant confort : trusts industriels et pouvoir d’argent. 
Celui qui ne peut plus « se passer » de quelque chose en est esclave : l'alcoolique, le tabagique, le « caféïque », l'érotomane, celui qui « chérit son confort », ne sont que des diminués, des asservis aux objets de leur plaisir, des faibles dont l'esprit est subjugué par l'animalité du corps. Le cavalier doit être en mesure de maîtriser sa monture pour parvenir au but de son voyage : sinon ils finiront tous deux dans fondrière ou précipice. 

Le Druide dans la Nature :
L’étude de la Nature fait connaître l’ordre naturel à l’adepte du Druidisme ; elle lui procure valeurs et solides critères esthétiques : ceci aussi bien dans le domaine de la beauté physiques que dans le domaine de la beauté spirituelle. Elle lui évite de choir dans le mauvais goût, de perdre le sens de l’honneur et d’accorder la moindre indulgence aux pratiques contre nature : Elle lui donne, en outre, le pouvoir de mieux comprendre le Cosmos et de ne pas s’abandonner aux croyances ou autres manifestations sectaires mystico-névrotiques. 

Conséquence pratique : 
L'idéal de l’adepte du Druidisme est de vivre dans les clairières, au milieu des troupeaux, très rustiquement, au sein d’une Nature (source primordiale de sapience) dont il percevra les pulsations secrètes. 
L’idée fondamentale de la spiritualité Celtique est que l’énergie capitale et la sensibilité sont à la source de la vie. 
L’être humain n’est qu’une poussière dans l’univers : il y est insignifiant, donc vulnérable, mais ce doit de retrouver sa part divine pour avancer et ne pas ce laisser submerger par la matière et le mal qui résulte de sa vie en celle ci. (voir ses vies, pour les vies antérieurs parfois difficiles). 
Le Maître But, l’objectif essentiel de la Sagesse Celtique est -on l’a compris.
C'est alors l’Harmonie dans l’Agir. Donc le besoin intense de participer au cosmos entier, d’être en équilibre en toutes choses.




Les sources qui m'on permit d'étoffer mes dires:
"-Le Druidisme au Quotidien" de Viviane Le Moullec. (Druidesse de la Gorsedd)
"-Parole d'un grand père Chaman" de Patrick Dacquay. (Druide "Deo" de la Tradition Soof tà)
"-Le Monde de la Mythologie, Mythes Celtiques" de James Harpur.
_________________
-" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre." -Sagesse Druidique-
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Oct - 21:29 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> Le Livre des Ombres -> Magies Naturelles -> Druidisme et Chamanisme Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com