Mon Grimoire Index du Forum
 
 
 
Mon Grimoire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Mi Rêve Mi Cauchemar.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> L'antre des loisirs -> Ecrits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elldor
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2013
Messages: 96
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Ven 20 Juin - 13:15 (2014)    Sujet du message: Mi Rêve Mi Cauchemar. Répondre en citant

1.   Cela fait longtemps que je marche. Je marche sans savoir ce que je cherche, sans savoir où je veux aller. Mes pas sont guidés par un esprit invisible : un ange ou un démon ? Quelle importance… La lumière traverse brièvement entre les feuilles et les branches, ce qui donne à cette forêt une allure fantastique. Les arbres sont tellement beaux mais à la fois si dangereux, à croire qu’une créature mystique est prête à vous sauter dessus et vous écorcher à tout instant. Heureusement pour moi, je n’en ai rencontré aucune lors de ma traversée. La brise souffle paisiblement et s’arrête à des temps mesurés en faisant danser la végétation sur son passage. Le sentier s’arrête devant un immense mur végétal, impossible de savoir ce qui se cache derrière mais je dois le traverser. Pourquoi m’avoir conduit ici ? Pourquoi m’a-t-elle guidé jusqu’ici si c’est pour me barrer la route ensuite ? Le vent recommence à souffler accompagné de son murmure fantomatique. 
‘’Traverse-la’’ m’ordonne-t-elle. 
Je lui obéis. Je me glisse peu à peu dans ce mur uniquement créé à partir de branches et de feuilles qui me cognent quelques fois au visage. J’ai l’impression d’être une minuscule goutte d’eau aspirée par une gigantesque éponge. Les branches s’écartent facilement quand je m’enfonce, je n’ai aucun effort à faire. L’entrée ne me parait plus qu’une simple ligne jaune à présent. Je continue jusqu'à apercevoir une faible lumière tout au fond et je la franchis. 
Une lumineuse clairière apparait, le sol est recouvert de fleurs blanches et de quelques tulipes violettes. Des lucioles volent en spirale jusqu’aux cieux. Elles doivent être plus lumineuses qu’elles ne le paraissent pour être aussi visibles à la lumière du jour. Je lève la tête et découvre un ciel taché de quelques nuages blancs. Le soleil est à son zénith, à demi recouvert par une lune sans couleur. Je l’examine durant un court instant juste avant de réentendre sa mélodieuse voix mais cette fois, elle ne résonne plus en moi. 
-Bonjour 
Je regarde devant moi et je la vois pour la première fois marcher vers moi d’une élégance inégalée. Elle est si jeune et tellement magnifique, d’une blancheur presque transparente, longue, vêtue d’une robe à motifs qui m’étaient inconnus, à moitié blanche et noire et ornée d’un diadème gris incrusté de diamants qui scintillent au contact des rayons du soleil. Derrière elle flotte une cape entièrement faite de plumes de cygne qui n’en finit pas et va se perdre parmi les arbres. 
-Bonjour, répondis-je.         
-Alors c’est toi Elymandir ? demande-t-elle avec son plus beau sourire. 
-N…non je suis Camer… 
-Tu es plutôt jeune pour ton âge, me coupe-t-elle. 
-J’ai seulement quinze ans… me défendis-je 
-Je sais… 
Elle commence à marcher en cercle lentement autour de moi sans cesser de m’observer d’un oeil critique. La curiosité me démange mais je m’abstiens de toute question. A un moment, sa longue cape de plumes forme un cercle autour de moi. Je n’ose point la déranger sauf que mon envie de savoir l’emporte sur ma patience. Je ne peux me retenir de poser ma première question. 
- Comment t’appelles-tu ? 
Son corps parfait s’immobilise, elle plonge son regard vide dans le mien. Ses yeux d’un gris cristallin sont de près plus clairs que le diamant. Je ne peux détourner mon regard du sien, elle est comme hypnotique, n’importe quel homme du monde physique serait à ses pieds. Sans rondeurs, sans rides avec un sourire ravageur. Ces cheveux couleur de flamme lui donnent un air de guerrière. Une vraie beauté. 
-Christylia. Répond -telle. 
-Est-ce tout ce que je dois savoir de toi ? demandé-je. 
Elle plisse ses paupières et regarde vers sa gauche du coin de l’œil. 
-Il y a de nombreuses choses que tu dois savoir sur moi en effet (elle tourne ses yeux et me fixe), mais tu les sauras en temps voulu, c’est tout… 
-Pourquoi m’avoir conduit ici si ce n’est pas pour faire ta connaissance ?  
-Je voulais faire ta connaissance, répond-t-elle toujours avec sa voix calme, presque enchantée. Avant que je ne parte pour rejoindre les miens… 
Je la regarde intrigué et pensif. Qu’est-ce qu’il y a en moi qui pousse une créature d’un si haut rang à vouloir me rencontrer ? Ma réflexion ne dure qu’un bref instant, quelque chose d’autre attire mon regard et capte mon attention. Quelque chose de… troublant. Sa robe ! Elle est à présent presque complètement noire, il ne reste plus qu‘une grande tache blanche sur ses reins. Les plumes de sa magnifique cape commencent peu à peu à se détacher, je peux enfin apercevoir le bout de celle-ci à l’extrémité de la clairière avec quelques poignés de plumes restantes, éparpillées derrière. 
-Pourquoi ? dis-je, inquiet de la tournure des choses. Une robe qui se teint en noire ne devait pas être très bon signe à mon avis. Elle ignora ma question. 
-tu as l’air…..acceptable. 
-Qui sont les tiens ? demandé-je, ignorant son jugement incompréhensible. 
- Les êtres insignifiants, égoïstes et puissants que tu appelles des dieux. 
-Il y en a combien comme toi ?… 
- Il y en avait beaucoup… murmure-t-elle, d’une voix à peine audible. Une vague de tristesse passe sur son visage et disparait  aussitôt. 
 - Et maintenant ?                                                                       
Ignorant de nouveau ma question, elle remarque finalement le changement dans ses vêtements. Malgré ses efforts pour cacher son affolement, je pus le distinguer sur son visage de porcelaine. 
 -Je n’ai hélas plus de temps, lâche-t-elle en tournant les talons et en se dirigeant rapidement de l’autre coté de la clairière. Nous nous reverrons plus tôt que tu ne le penses. 
 Je ne veux pas qu’elle parte, je cours derrière elle et attrape son bras droit pour l’empêcher de continuer. Je suis maintenant au milieu de la clairière. Elle tourne son visage et me regarde désarçonnée. Le pur gris de ses yeux s’efface lentement pour laisser place à un noir d’encre. 
 - Lâche-moi ! crie-t-elle. Les échos de sa voix retentissent dans toute la clairière. Le vent commence à souffler fortement. 
-Pourquoi partir aussi rapidement ? 
Elle se fige soudainement et lève la tête lentement vers le ciel. Après un regard interrogateur, je fais de même. La lune recouvre à présent entièrement le soleil, ce qui laisse un aura orangé derrière sa couleur sombre. Des nuages gris viennent recouvrir le ciel d’une vitesse anormale amenant de plus fortes rafales de vent avec eux. Le paysage paradisiaque se transforme en forêt noire en un rien de temps. Les cris de Christylia me sortent de ma contemplation, par reflexe, je laisse tomber son bras. Les seuls traits blancs qui lui restent sur sa longue robe se teintent de noir. Une rayure d’un orange foncé semblable à celles qu’affiche le soleil derrière la lune noire commence à apparaître autour de sa taille. Les grosses boucles de ses cheveux se lissent d’elles-mêmes, tandis que leur coloration de flamme laisse place à un rouge sang. 
-Cours ! m’avertit-elle. 
Mes jambes refusent de m’obéir, mon cerveau est en vrille, je suis comme absorbé par sa transformation mais je sais que si je reste là, je vais bientôt le regretter. Pouvoir reconquérir mon corps paralysé par la peur est un vrai défi. Quelques secondes s’écoulent avant qu’elle ne se fige à nouveau. La puissance de l’air fait voler ses cheveux quand elle se redresse lentement, comme une femme possédée par des démons. Ses mèches recouvrent la moitié de son visage. Le vent s’arrête en un instant autour de nous, ce qui laisse tomber les mèches qui la cachaient pour découvrir un visage sombre et haineux. Le choc me fait reculer, mon instinct de survie m’incite à courir. Je tourne les talons et me rue vers le mur de plantes par lequel j’étais entré mais peine perdu, elle apparait devant moi en un éclair, me barrant la route. D’un coup de pied au ventre, elle me projette en arrière. Je relève la tête, le coup me brouille la vue durant un court instant. L’être divin se tient à quelques pas de moi, je la regarde dans les yeux. Nul besoin de prendre la peine de la raisonner, ce n’est plus elle. Elle se trouve encore une fois devant moi à une vitesse inhumaine et place un pied sur mon torse, lâchant un sourire sadique. 
- Laisse-moi partir ! Christylia ! 
La prononciation de son nom lui donne comme un coup au ventre. Elle blottit ses mains contre elle et me fixe enragée, lâchant un grognement sauvage. Son visage tremble. Le côté gauche de son œil se met à changer de nouveau de couleur et revient à la couleur gris pur qu’avait la magnifique jeune femme avant que ce démon n’apparaisse. 
-Désolée…, murmure-t-elle,… assez ! 
Son œil revient au noir et le visage plein de colère refait surface. Elle se fige en l’espace de quelques secondes et sa main dure comme la pierre m’enserre le cou et m’étrangle sauvagement. Ma vue se brouille, une lumière blanche surgit, puis …le néant. 

_________________
http://hopefullco.tumblr.com/

un brin de courage pour trois grains de folie. Brom
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 20 Juin - 13:15 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mon Grimoire Index du Forum -> L'antre des loisirs -> Ecrits Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com